Pasiphaé (lune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pasiphaé (homonymie).
Pasiphaé
Jupiter VIII
Type Satellite de Jupiter
Caractéristiques orbitales
(Époque 27/10/2007, JJ 2454400.5[1])
Demi-grand axe 23 912 238 km[1]
Périapside 16 014 945 km[2]
Apoapside 31 809 530 km[2]
Excentricité 0,3302616[1]
Période de révolution 755,42 d[1]
(2,1 a)
Inclinaison 143,02787°[1] (par rapport à l'écliptique)
Caractéristiques physiques
Dimensions 60 km[3],[4],[5]
Masse ~3,0×1017 kg[2]
Masse volumique moyenne 2,6 x103 kg/m³[4] (présumée)
Gravité à la surface 0,022 m/s2[2]
Albédo moyen 0,04[3],[4]
Température de surface ~124 K
Caractéristiques de l'atmosphère
Pression atmosphérique Aucune
Découverte
Découvert par P. Melotte[6],[7],[8]
Imagerie 27/01/1908[8]
Découverte 28/02/1908[8]
Publication 03/1908[8]
Désignation 07/10/1975[9]
Désignation(s) provisoire(s) Jupiter VIII[9]

Pasiphaé est un satellite naturel de Jupiter.

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Pasiphaé est un petit satellite. En supposant qu'il possède un albédo de 0,04, similaire à d'autres satellites de Jupiter[3],[4], sa magnitude visuelle de 17,0[4] conduit à un diamètre moyen de 60 km[4]. Pasiphaé est donc le plus grand satellite rétrograde de Jupiter, et le 3e plus grand satellite irrégulier après Himalia et Élara.

Par calcul, la masse de Pasiphaé est estimée à environ 3,0×1017 kg.

Le spectre infrarouge de Pasiphaé ne possède pas de caractéristique notable, fait cohérent avec son origine astéroïdale supposée. On pense que Pasiphaé est un fragment d'un astéroïde capturé par Jupiter, de même que les autres membres du groupe de Pasiphaé[10],[5]. Dans le spectre visible, le satellite est gris (indices de couleur B-V=0,74, R-V=0,38) similaire à un astéroïde de type C[11].

Orbite[modifier | modifier le code]

Pasiphaé orbite Jupiter sur une orbite rétrograde, très inclinée et fortement excentrique. Il donne son nom au groupe de Pasiphaé, un groupe de satellites irréguliers et rétrogrades qui orbitent autour de Jupiter sur des demi-grands axes compris entre 22 800 000 et 24 100 000 km, des inclinaisons de 144,5° à 158,3° par rapport à l'équateur de Jupiter[12],[5], et dont il est le plus grand membre.

Pasiphaé est également en résonance orbitale avec Jupiter[13].

Historique[modifier | modifier le code]

Découverte[modifier | modifier le code]

Pasiphaé fut découvert par Philibert Jacques Melotte à l'observatoire royal de Greenwich le 28 février 1908[8]. Un examen de plaques photographiques antérieures permit de le retrouver sur des plaques datant du 27 janvier 1908[8].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Pasiphaé porte le nom de Pasiphaé, personnage de la mythologie grecque; Pasiphaé était reine de Crète, femme de Minos et mère du Minotaure[14].

Pasiphaé ne reçut pas de nom officiel avant 1975[9], en même temps que huit autres satellites de Jupiter (le premier lot de satellites à avoir été officiellement nommé par l'Union astronomique internationale). Avant cela, Pasiphaé était simplement désigné par Jupiter VIII. Il ne portait pas non plus de désignation provisoire, le système actuel n'ayant été mis en place qu'après sa désignation officielle.

Juste après sa découverte, cependant, il n'était pas clair s'il s'agissait d'un astéroïde ou d'un satellite de Jupiter et Pasiphaé reçut une désignation astéroïdale provisoire : 1908 CJ. Cette nature fut éclaircie par la suite[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Natural Satellites Ephemeris Service », Minor Planet Center (consulté le 26 novembre 2007)
  2. a, b, c et d Donnée calculée sur la base d'autres paramètres
  3. a, b et c (en) Rettig, Terrence W.; Walsh, Kevin; Consolmagno, Guy, « Implied Evolutionary Differences of the Jovian Irregular Satellites from a BVR Color Survey », Icarus, vol. 154, no 2,‎ 12/2001, p. 313-320 (DOI 10.1006/icar.2001.6715, résumé)
  4. a, b, c, d, e et f « Planetary Satellite Physical Parameters - Jovian System », Jet Propulsion Laboratory (consulté le 26 novembre 2007)
  5. a, b et c (en) Sheppard, Scott S.; Jewitt, David C., « An abundant population of small irregular satellites around Jupiter », Nature, vol. 423, no 6937,‎ 05/2003, p. 261-263 (DOI 10.1038/nature01584, résumé)
  6. a et b (en) Melotte, J., « Note on the Newly Discovered Eighth Satellite of Jupiter, Photographed at the Royal Observatory, Greenwich », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 68,‎ 04/1908, p. 456 (résumé)
  7. (en) Melotte, J.; Perrine, C. D., « Recent Observations of the Moving Object Near Jupiter, Discovered at Greenwich by M. J. Melotte », Harvard College Observatory Bulletin, vol. 20,‎ 06/1908, p. 184-185 (résumé)
  8. a, b, c, d, e et f (en) Cowell, P. H., « Note on the discovery of a moving object near Jupiter (1908 CJ) », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 68,‎ 03/1908, p. 373 (résumé)
  9. a, b et c (en) Flammarion, C.; Kowal, C.; Blunck, J., « Satellites of Jupiter », Circulaire de l’UAI, no 2846,‎ 07/10/1975 (résumé, lire en ligne)
  10. (en) Brown, Michael E., « Near-Infrared Spectroscopy of Centaurs and Irregular Satellites », The Astronomical Journal, vol. 119, no 2,‎ 02/2000, p. 977-983 (DOI 10.1086/301202, résumé)
  11. (en) Grav, Tommy; Holman, Matthew J.; Gladman, Brett J.; Aksnes, Kaare, « Photometric Survey of the Irregular Satellites », Icarus, vol. 166, no 1,‎ 11/2003, p. 33-45 (DOI 10.1016/S0019-1035(03)00231-8, résumé)
  12. Jewitt, David C.; Sheppard, Scott; Porco, Carolyn, Jupiter's outer satellites and Trojans, vol. 1, Cambridge University Press,‎ 2004, 263-280 p. (ISBN 0-521-81808-7, lire en ligne)
  13. (en) Nesvorný, David; Beaugé, Cristian; Dones, Luke, « Collisional Origin of Families of Irregular Satellites », The Astronomical Journal, vol. 127, no 3,‎ 03/2004, p. 1768–1783 (résumé)
  14. « Planet and Satellite Names and Discoverers », USGS Astrogeology Research Program - Gazetteer of Planetary Nomenclature (consulté le 26 novembre 2007)