Érinomé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Érinomé
(Jupiter XXV)
Type Satellite de Jupiter
Caractéristiques orbitales
(Époque 14/07/2004, JJ 2453200.5[1])
Demi-grand axe 22 986 286 km[1]
Périapside 17 119 250 km[2]
Apoapside 28 853 322 km[2]
Excentricité 0,2552407[1]
Période de révolution 711,96 d[1]
(1,95 a)
Inclinaison 163,73788°[1] (par rapport à l'écliptique)
Caractéristiques physiques
Dimensions 3,2 km[3],[4],[5]
Masse 4,5×1013 kg[2]
Masse volumique moyenne 2,6 x103 kg/m³[3] (présumée)
Albédo moyen 0,04[3]
Caractéristiques de l'atmosphère
Pression atmosphérique Aucune
Découverte
Découvert par Sheppard et al.[6]
Imagerie 23/11/2000[6]
Découverte ?
Publication 05/01/2001[6]
Désignation 22/10/2002[7]
Désignation(s) provisoire(s) S/2000 J 4

Érinomé est un satellite naturel de Jupiter.

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Érinomé est un petit satellite. En supposant qu'il possède un albédo de 0,04 similaire à d'autres satellites de Jupiter[3], sa magnitude visuelle de 22,8[3] conduit à un diamètre de 5,2 km[3].

Par calcul, la masse de Érinomé est estimée à environ 4,5×1013 kg.

Orbite[modifier | modifier le code]

Érinomé appartient au groupe de Carmé, un groupe de satellites qui orbitent de façon rétrograde autour de Jupiter sur des demi-grands axes compris entre 22 900 000 et 24 100 000 km, des inclinaisons de 164,9° à 165,5° par rapport à l'équateur de Jupiter et des excentricités entre 0,23 et 0,27[8].

Historique[modifier | modifier le code]

Découverte[modifier | modifier le code]

Érinomé fut découvert en 2000 par une équipe conduite par Scott Sheppard[6]. Sa découverte fut annoncée le 5 janvier 2001 en même temps que celle de dix autres satellites de Jupiter.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Érinomé porte le nom d'Érinomé, personnage de la mythologie grecque ; Érinomé était la fille de Célès, qui tomba amoureuse de Zeus (équivalent grec de Jupiter) par l'intervention d'Aphrodite[9].

Érinomé reçut son nom définitif le 22 octobre 2002[7], en même temps que dix autres satellites de Jupiter. Avant cela, sa désignation provisoire était S/2000 J 4, indiquant qu'il fut le 4e satellite de Jupiter imagé pour la première fois en 2000.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Natural Satellites Ephemeris Service », Minor Planet Center (consulté en 08/01/2008)
  2. a, b et c Donnée calculée sur la base d'autres paramètres
  3. a, b, c, d, e et f « Planetary Satellite Physical Parameters - Jovian System », Jet Propulsion Laboratory (consulté en 08/01/2008)
  4. « Guide for the satellites of Jupiter », Natural Satellites Data Center (consulté en 08/01/2008)
  5. « Jupiter's Known Satellites » (consulté en 08/01/2008)
  6. a, b, c et d (en) Sheppard, S. S.; Jewitt, D. C.; Fernandez, Y. R.; Magnier, G.; Marsden, B. G.; Dahm, S.; Evans, A., « Satellites of Jupiter », Circulaire de l’UAI, no 7555,‎ 05/01/2001 (résumé, lire en ligne)
  7. a et b (en) Green, D. W. E, « Satellites of Jupiter », Circulaire de l’UAI, no 7998,‎ 22/10/2002 (résumé, lire en ligne)
  8. Jewitt, David C.; Sheppard, Scott; Porco, Carolyn, Jupiter's outer satellites and Trojans, vol. 1, Cambridge University Press,‎ 2004, 263-280 p. (ISBN 0-521-81808-7, lire en ligne)
  9. « Planet and Satellite Names and Discoverers », USGS Astrogeology Research Program - Gazetteer of Planetary Nomenclature (consulté en 08/01/2008)