Élara (lune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Élara.
Élara
Jupiter VII
Type Satellite de Jupiter
Caractéristiques orbitales
(Époque 27/10/2007, JJ 2454400.5[1])
Demi-grand axe 11 676 677 km[1]
Périapside 9 225 350 km[2]
Apoapside 14 128 005 km[2]
Excentricité 0,2099335[1]
Période de révolution 257,77 d[1]
(0,71 a)
Inclinaison 30,53648°[1] (par rapport à l'écliptique)
Caractéristiques physiques
Dimensions 86 km[3],[4],[5]
Masse ~8,7×1017 kg[2]
Masse volumique moyenne 2,6 x103 kg/m³(présumée)
Gravité à la surface 0,031 m/s2[2]
Albédo moyen 0,04[3],[4]
Température de surface ~124 K
Caractéristiques de l'atmosphère
Pression atmosphérique Aucune
Découverte
Découvert par C. Perrine[6],[7]
Découverte 02/01/1905[6],[7]
Désignation(s) provisoire(s) Jupiter VII[8]

Élara est un satellite naturel de Jupiter.

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Élara est un petit satellite. En supposant qu'il possède un albédo de 0,04, similaire à d'autres satellites de Jupiter (comme les membres du groupe d'Himalia)[3],[4], sa magnitude visuelle de 16,3[4] conduit à un diamètre de 86 km[4].

Par calcul, la masse d'Élara est estimée à environ 8,73×1017 kg.

Orbite[modifier | modifier le code]

Élara appartient au groupe d'Himalia, un groupe de cinq satellites qui orbite autour de Jupiter sur des demi-grands axes compris entre 11 160 000 et 12 555 000 km et des inclinaison de 25,8° à 30,7° par rapport à l'équateur de Jupiter[9].

Historique[modifier | modifier le code]

Découverte[modifier | modifier le code]

Élara fut découvert par Charles Dillon Perrine à l'observatoire Lick le 2 janvier 1905, sur des photographies d'Himalia, autre satellite de Jupiter découvert par Perrine peu auparavant[6],[7]. Il s'agit du 7e satellite à avoir été découvert autour de Jupiter.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Élara porte le nom d'Élara, personnage de la mythologie grecque ; Élara fut une maîtresse de Zeus (équivalent grec de Jupiter), dont elle eut pour fils le titan Tityos[10].

Élara ne reçut pas de nom officiel avant 1975[8], en même temps que huit autres satellites de Jupiter (le premier lot de satellites à avoir été officiellement nommé par l'Union astronomique internationale). Avant cela, Élara était simplement désigné par Jupiter VII. Il ne portait pas non plus de désignation provisoire, le système actuel n'ayant été mis en place qu'après sa désignation officielle.

Exploration[modifier | modifier le code]

En février et mars 2007, la sonde New Horizons, en route vers Pluton, réalisa une série d'images d'Élara, les plus proches à 8 millions de km de distance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Natural Satellites Ephemeris Service », Minor Planet Center (consulté le 26 novembre 2007)
  2. a, b, c et d Donnée calculée sur la base d'autres paramètres
  3. a, b et c (en) Rettig, Terrence W.; Walsh, Kevin; Consolmagno, Guy, « Implied Evolutionary Differences of the Jovian Irregular Satellites from a BVR Color Survey », Icarus, vol. 154, no 2,‎ 12/2001, p. 313-320 (DOI 10.1006/icar.2001.6715, résumé)
  4. a, b, c, d et e « Planetary Satellite Physical Parameters - Jovian System », Jet Propulsion Laboratory (consulté le 26 novembre 2007)
  5. (en) Sheppard, Scott S.; Jewitt, David C., « An abundant population of small irregular satellites around Jupiter », Nature, vol. 423, no 6937,‎ 05/2003, p. 261-263 (DOI 10.1038/nature01584, résumé)
  6. a, b et c (en) Perrine, C. D., « Seventh Satellite of Jupiter (Elara) », Harvard College Observatory Bulletin, vol. 178,‎ 02/1905, p. 1 (résumé)
  7. a, b et c (en) Perrine, C. D., « Notes from Pacific Coast Observatories - The Seventh Satellite of Jupiter », Publications of the Astronomical Society of the Pacific, vol. 17, no 101,‎ 04/1905, p. 62-63 (résumé)
  8. a et b « IAUC 2846: Satellites of Jupiter », Union astronomique internationale,‎ 07/10/1975 (consulté le 26 novembre 2007)
  9. Jewitt, David C.; Sheppard, Scott; Porco, Carolyn, Jupiter's outer satellites and Trojans, vol. 1, Cambridge University Press,‎ 2004 (ISBN 978-0-521-81808-7, lire en ligne), p. 263-280
  10. « Planet and Satellite Names and Discoverers », USGS Astrogeology Research Program - Gazetteer of Planetary Nomenclature (consulté le 26 novembre 2007)