Astéroïde de type D

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les astéroïdes de type D sont un type d'astéroïdes de très faible albédo. On les trouve dans la ceinture principale extérieure. Des exemples sont (152) Atala, (944) Hidalgo et la plupart des astéroïdes troyens de Jupiter.

Origine[modifier | modifier le code]

Simulation montrant les planètes extérieures et la ceinture planétésimale : a) configuration initiale, avant que Jupiter et Saturne n'atteignent la résonance 2:1 b) Éparpillement des planétésimaux dans le Système solaire interne après le changement de l'orbite de Neptune (bleu foncé) et d'Uranus (bleu clair). c) éjection de planétésimaux par les planètes[1]

Le modèle de Nice suggère qu'ils sont originaires de la ceinture de Kuiper[2]. Un grand nombre de planétésimaux auraient été capturés dans la partie extérieure de la ceinture principale, à une distance supérieure à 2,6 UA, et dans la région de la Famille d'Hilda[3]. Ces objets capturés auraient alors subi une érosion induite par des collisions, engendrant le broyage de la population en plus petits fragments qui auraient pu ensuite être déplacés par l'action du vent solaire et de l'effet YORP, éliminant plus de 90 % d'entre eux (Bottke et al[3]). La taille et la fréquence de distribution des populations établies par simulation suite à l'érosion concordent parfaitement avec les observations astronomiques[3]. Cela suggère que les Troyens Joviens, Hildas et quelques-uns de la ceinture extérieure principale, ainsi que tous les astéroïdes de type D, sont les planétésimaux restant de cette capture et du processus d'érosion[3]. Ce pourrait aussi être le cas de la planète naine Cérès[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Selon Greeley & al, la composition chimique de la surface pourrait être globalement proche de celle de la lune Callisto[4], dont la surface est constituée de matériaux carbonés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) R. Gomes, H. F. Levison, K. Tsiganis, A. Morbidelli, « Origin of the cataclysmic Late Heavy Bombardment period of the terrestrial planets », Nature, vol. 435,‎ 2005, p. 466 (DOI 10.1038/nature03676, lire en ligne [PDF])
  2. a et b William B. McKinnon, 2008, "On The Possibility Of Large KBOs Being Injected Into The Outer Asteroid Belt". American Astronomical Society, DPS meeting #40, #38.03 [1]
  3. a, b, c et d (en) W. F. Bottke, H. F. Levison, A. Morbidelli et K. Tsiganis, « The Collisional Evolution of Objects Captured in the Outer Asteroid Belt During the Late Heavy Bombardment », 39th Lunar and Planetary Science Conference, no 1391,‎ 2008, p. 1447 (lire en ligne)
  4. (en) R. Greeley, J. E. Klemaszewski, L. Wagner et al., « Galileo views of the geology of Callisto », Planetary and Space Science, vol. 48,‎ 2000, p. 829–853 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]