Gotthold Eisenstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eisenstein.
Gotthold Eisenstein

Ferdinand Gotthold Max Eisenstein (16 avril 1823 - 11 octobre 1852) est un mathématicien allemand d'origine juive.

Comme Galois et Abel, Eisenstein est mort avant l'âge de 30 ans, et comme Abel, sa mort est due à la tuberculose. Il est né et mort à Berlin, Allemagne. Il fit ses études à l'Université de BerlinDirichlet était son professeur.

Gauss aurait déclaré[1] : « Il n'y a que trois mathématiciens qui feront date : Archimède, Newton et Eisenstein. » Le choix de Gauss pour Eisenstein, qui était spécialisé dans la théorie des nombres et l'analyse, peut sembler embarrassant à beaucoup,[incompréhensible] mais il est justifié par le fait qu'Eisenstein démontra facilement plusieurs résultats qui étaient inaccessibles, même pour Gauss, comme d'étendre son théorème de réciprocité biquadratique (en) au cas général.

Note et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ferdinand Eisenstein » (voir la liste des auteurs).

  1. (de) Moritz Cantor, « Eisenstein, Gotthold », dans Allgemeine Deutsche Biographie, vol. 5,‎ 1877 (lire sur Wikisource, lire en ligne), p. 774-775.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]