George II de Wurtemberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir George II.

George II de Wurtemberg. Marié à Anne de Coligny (1626-1680). Huit enfants (liste ci-dessous).

- Otto Friedrich de Wurtemberg-Monbéliard 1650-1653
- Henriette de Wurtemberg-Montbéliard 1654-1680
- Eleonore Charlotte de Wurtemberg-Montbéliard 1656-1743        
- Konrad Ludwig de Wurtemberg-Montbéliard 1658-1659     
- Anne de Wurtemberg-Montbéliard 1660-1733      
- Elisabeth de Wurtemberg-Montbéliard, Duchesse de Wurtemberg-Montbéliard 1665-1726
- Hedwige de Wurtemberg-Montbéliard 1667-1715   
- Léopold Eberhard de Wurtemberg-Montbéliard, duc de Wurtemberg-Montbéliard 1670-1723

George II fut comte de Montbéliard de 1662 à 1699, avec une interruption de vingt-et-un ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

George II est issu du second mariage de son père Louis-Frédéric de Wurtemberg avec Anne-Eléonore, fille de Jean-Casimir, comte de Nassau-Saarbruck-Weilbourg. Louis-Frédéric avait eu un fils de son premier mariage : Léopold-Frédéric de Wurtemberg. Celui-ci et George étaient donc demi-frères. Au décès de Léopold-Frédéric, le comte George II lui succéda dans tous ses états.

La guerre de Trente Ans n'était terminée que depuis 14 ans. Elle avait laissé le pays exsangue, et les affaires au décès de son demi-frère étaient en pleine déroute morale et matérielle. Les premiers soins du nouveau comte furent de pallier les situations les plus urgentes.

En 1672 débute la Guerre de Hollande, dont on pouvait craindre qu'elle ravageât une fois de plus la comté, Louis XIV attaquant la Franche-Comté, possession espagnole et souhaitant y rattacher la Principauté de Montbéliard. Déjà, après avoir acquis l'Alsace en 1648 par les Traité de Westphalie, Louis XIV, au mépris des lois et des traités internationaux, avait fait envahir les duchés de Bar et de Lorraine en 1670. Le 5 novembre 1676, le maréchal de Luxembourg à la tête de plusieurs régiments fit entourer la place de Montbéliard qu'il somma de se rendre. La cité n’était pas en état de se défendre, ni de résister à un siège. Le comte Georges II demanda une entrevue au maréchal.

Au retour de cette entrevue, les ponts-levis du Grand Pont sur l'Allan furent abaissés pour permettre au cortège de rentrer en ville. Ils n'eurent pas le temps de se relever qu'un régiment français qui le suivait de près se saisit des postes de garde, puis de la ville. La surprise fut totale ... Le prince Georges, courroucé et trahi, se retira alors au château qu'il abandonna peu de temps après pour se retirer à Bâle avec toute sa famille. Il allait y résider pendant deux ans. Les Français imposèrent partout d'énormes réquisitions et s'emparèrent des Quatre Terres.

Le comté passa sous l'administration de la France ; les revenus du prince furent mis sous séquestres, et on ne jugea plus en son nom, mais au nom du roi de France. Au début de l'année 1677, les Français commencèrent à démolir la citadelle et le fort le « Chat », en dépit de l'avis contraire de Vauban. Quelques semaines plus tard, on commença d'abattre les fortifications du faubourg et les tours de la ville ; quatre cents paysans furent réquisitionnés pour œuvrer à ces tâches. Le château fut aussi menacé de destruction ; déjà, il était miné, lorsqu'il fut sauvé in-extremis par Vauban. L'occupation française allait durer 21 ans.

Dépouillé de revenus, le prince George II se réfugia avec sa famille en Silésie, auprès d'une de ses filles, la duchesse Eléonore-Charlotte ; car entre temps, ses possessions d'Alsace (de Riquewihr et le comté d'Horbourg), avaient également été saisies par la France. Les habitants, comme ceux de Montbéliard, furent contraints de prêter serment de fidélité au roi. C’est alors qu’un rebondissement diplomatique eut lieu : le duc Frédéric-Charles de Wurtemberg-Winnental, parent de Georges II, et gouverneur du Wurtemberg, proposa au gouvernement français de rendre foi et hommage au roi de France, afin de conserver au jeune Léopold-Eberhard de Wurtemberg, fils de George II, la possession et le domaine utile du comté de Montbéliard. George II, vexé, se brouilla avec son cousin.

La guerre se ralluma en 1688 entre Louis XIV et la Ligue d'Augsbourg formée depuis juillet 1686 par l’Empereur d’Allemagne, le roi d’Espagne, le roi de Suède et le roi d’Angleterre (guerre de la Ligue d'Augsbourg). Elle s'acheva en 1697 par le traité de Ryswick (Pays-Bas), dont l'une des clauses prévoyait le retrait des troupes françaises de Montbéliard. George II revint de Silésie avec toute sa famille, accueilli par la liesse populaire.

Le 1er juin 1699, il mourut au château de Montbéliard, âgé de 73 ans. Ses obsèques furent pompeuses. Son fils Léopold-Eberhard de Wurtemberg lui succéda dans tous ses états.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Le Roman d'une Principauté, D. Seigneur. Éditions Cêtre - Besançon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]