Filles de la cassette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Départ d'une jeune fille pour la Louisiane française. (Antoine Watteau).

Les filles de la cassette sont les jeunes femmes envoyées dans les colonies françaises d'Amérique, notamment en Louisiane française, afin de réduire le déséquilibre numérique des deux sexes et les marier aux hommes célibataires ne trouvant pas de femmes à prendre pour épouse.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1699, Pierre Le Moyne, sieur d'Iberville et d'Ardillières prend possession de la Louisiane avec quatre-vingts hommes dont une vingtaine de Canadiens. Il sollicite de la France une trentaine de filles pour ses hommes qui fréquentent les Amérindiennes mais point de femmes françaises. Le premier contingent de femmes arriva, en 1704, dans le port de Mobile, première capitale de l'immense territoire louisianais de la Nouvelle-France. Par la suite, d'autres contingents de femmes débarquèrent à Biloxi puis à La Nouvelle-Orléans.

Le royaume de France envoya en Louisiane française, des filles à marier. Des orphelines élevées par des religieuses et des filles de joie détenues à La Salpétrière à Paris, et toutes pourvues d'un trousseau qu'on appela les "Filles de la cassette" parce que les autorités françaises leur donnaient un trousseau qui comprenait « deux paires d’habits, deux jupes et jupons, six corsets, six chemises, six garnitures de teste et toutes autres fournitures nécessaires ». La Cassette était le nom donné au trésor royal. Ces filles de la cassette s’apparentaient à la dot des "Filles du Roy" venues en Nouvelle-France au XVIIe siècle.

Le système du plaçage est né d'une pénurie de femmes blanches dans les colonies françaises d'Amérique (Louisiane française et Saint-Domingue). La France avait besoin de femmes pour les hommes qu'elle avait envoyés dans ses possessions territoriales d'outre-mer. Malgré l'arrivée de plusieurs centaines de filles de la cassette, les femmes restaient en nombre inférieur. Aussi, les hommes prirent-ils pour concubines, des femmes esclaves d'origine africaine. Ils les placèrent dans leurs résidences, sous le système du plaçage, qui leur permettaient ainsi pour les hommes mariés, d'avoir une maîtresse à disposition et une épouse non officielle pour les célibataires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]