Federico Confalonieri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Confalonieri.

Federico Confalonieri

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Federico Confalonieri

Naissance 6 octobre 1785
Milan
Décès 10 décembre 1846 (à 61 ans)
Hospental
Nationalité italien
Confalonieri et Casati demandent la grâce pour Federico Confalonieri à François Ier d'Autriche qui la refuse

Federico Confalonieri (né à Milan le 6 octobre 1785, mort à Hospental le 10 décembre 1846) est un patriote italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Federico Confalonieri est né dans une famille noble et dévouée à l'Autriche. Tout jeune, il soutient l'idéal d'une Italie unie et est un opposant au régime napoléonien. Après la restauration, il participe à la naissance du périodique littéraire Il Conciliatore (Le Conciliateur) et adhère au carbonarisme; en 1806 il épouse Teresa Casati qui partage ses projets. Il semble avoir appartenu à une chambre maçonnique. Carlo Botta affirme dans son Histoire de l'Italie de 1789 à 1814 qu'il se trouvait à la tête de la foule qui commit le meurtre de Giuseppe Prina.

Il soutient plusieurs réformes progressistes économiques et sociales et lors des émeutes de 1820 - 1821, il se rend en plusieurs points de la Lombardie où il participe activement à l'insurrection. Il conspire avec Silvio Pellico contre l'Autriche. Le 13 décembre de la même année, il est arrêté dans sa maison par la police autrichienne et est condamné à mort en même temps qu'Alexandre Andryane. Leur peine est commuée en travaux forcés qu'ils exécutent dans la prison de Spielberg, près de Brno. En 1835, trois ans après la libération d'Andryane, la peine de Confalonieri est commuée en déportation aux États-Unis.

En 1837 il rentre clandestinement en Italie, en passant par la France d'où il est expulsé, puis par la Belgique et la Suisse. Animateur du libéralisme anti-autrichien, en 1839 il s'installe à Mendrisio faisant valoir un ancien droit de patricien (il était comte) mais après un bref séjour, il reparait à Paris. Il meurt soudainement lors d'un voyage entre Paris et la Lombardie.

Sa dépouille repose à côté de celui de Teresa près du monumental mausolée Casati dans le cimetière de Muggiò.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Sources[modifier | modifier le code]