Fantaisie chorale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Fantaisie pour piano, chœurs et orchestre en do mineur, opus 80, de Ludwig van Beethoven, fut composée en décembre 1808[1]. La partie chorale est écrite sur un poème de Christophe Kuffner (1780 - 1846).

Histoire de l'œuvre[2][modifier | modifier le code]

Le [1] un grand concert eut lieu au Théâtre an der Wien : Beethoven avait organisé une soirée consacrée exclusivement à ses œuvres au cours de laquelle il devait intervenir en tant que pianiste et chef d’orchestre. Le programme, qui comprenait notamment les premières de la Cinquième symphonie et de la Symphonie pastorale, semblait résumer l’étonnante variété et la personnalité complexe du compositeur.

Pour conclure la soirée de ce concert mémorable de plusieurs heures, Beethoven désirait « un finale brillante » qui devait unir dans une même pièce œuvre les différentes composantes musicales mises en valeur au cours de la soirée : le piano, le chœur et l’orchestre. La Fantaisie op.80, écrite quelques jours auparavant seulement, joue ce rôle. Beethoven fit appel au poète Christoph Kuffner pour établir le texte, d’après ses indications. Le thème développé – celui de la fraternité universelle par la rencontre des arts – ressemble beaucoup à celui de l’« Ode à la Joie » de Schiller que Beethoven désirait également mettre en musique depuis sa jeunesse, et qui a pris sa forme définitive dans la finale de la 9e Symphonie. Différent points communs – en particulier le traitement choral introduit par des variations instrumentales fondées sur l’utilisation d’un thème très simple, et la parenté évidente entre ce thème et celui de l’Hymne à la Joie - rapprochent la Fantaisie op.80 de la Neuvième symphonie, au point que l’on a vu dans la première une esquisse de la seconde. La liberté formelle du genre de la fantaisie a permis à Beethoven de réunir dans une œuvre de courte durée l’aspect intimiste de la musique pour piano et la musique de chambre, et le côté expansif de la musique symphonique avec chœur.

La Fantaisie est construite en deux parties d’ampleur inégale (voir section suivante). Au cours du concert du , que Beethoven voulait représentatif des divers aspects de son talent, aucune autre œuvre n’aurait pu mieux servir de conclusion que cette fantaisie puisque le compositeur y joua successivement le rôle de virtuose avec sa cadence initiale, de simple accompagnateur dans les variations avec flûte et hautbois, et de soliste dans son dialogue concertant avec l’orchestre et le chœur ; après cette fantaisie, dédiée au roi Maximilien-Joseph de Bavière[1], Beethoven n’est revenu qu’une seule fois au piano concertant, quelques mois seulement après, en composant son concerto « l’Empereur » qui curieusement, commence lui aussi par une grande cadence de type improvisé.

La Fantaisie chorale fut publiée chez Breitkopf & Härtel à Vienne en juillet 1811[1],[3].

Structure[modifier | modifier le code]

La Fantaisie est construite en deux parties d’ampleur inégale,

  • un Adagio – une grande cadence pour le piano de 26 mesures, réarrangée après le concert, Beethoven s’étant ce jour-là vraisemblablement lancé dans une improvisation. L'arrangement consiste en un accompagnement des cordes. Seul le matériel d'orchestre (de la main de Beethoven) a existé pendant longtemps. La partition complète a été rassemblée aux USA en 2010, et l'œuvre donnée "en première mondiale" le 25 mars 2011 à Liège par l'Orchestre Symphonique des Jeunes du Conservatoire[4],[5]
  • et un grand Finale de près de 600 mesures, lui-même divisé en plusieurs sections de différents tempi :
    • Allegro (variations instrumentales),
    • Allegro molto avec piano concertant,
    • Adagio ma non troppo, longue mélodie rêveuse qui rappelle le mouvement lent de certaines sonates pour piano,
    • Assai vivace au rythme de la marche, qui n’est pas sans évoquer la Marche Turque de la 9e Symphonie,
    • enfin, Allegretto et Presto avec la participation du chœur.
Le thème principal de la section chantée de la Fantaisie chorale préfigure nettement le futur Hymne à la joie, aussi bien par sa mélodie que par sa forme A.A'.B.A'

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Bary Cooper, Dictionnaire Beethoven, Éditions Jean-Claude Lattès, 1991, p. 441
  2. Jean-Jaques Velly
  3. J. et B. Massin, Ludwig van Beethoven, Fayard, 1967, p. 663
  4. Un inédit de Beethoven en première mondiale à Liège !
  5. Musiq'3, un Beethoven inouï!

Liens externes[modifier | modifier le code]