Entraînement atmosphérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Entraînement.
Diagramme montrant la variation de la température (T) avec l'altitude pour l'environnement et l'effet du taux d'entraînement (\lambda) sur la hauteur du sommet d'un cumulonimbus

L’entraînement atmosphérique est un phénomène météorologique qui se produit entre un écoulement turbulent et un autre laminaire[1]. En général, ce terme est utilisé pour désigner la capture d'air sec dans un courant ascendant humide, en particulier dans un orage ou un cyclone tropical. Il s'agit donc du mélange de l'air de l'environnement dans le courant ou dans le nuage qu'il crée[2].

Principe[modifier | modifier le code]

Ce mélange est particulièrement important dans la physique des nuages. L'air sec entraîné dans les nuages convectifs est non homogène. Les gouttes dans le courant sec s'évaporent complètement alors que celles loin de celui-ci ne sont pas affectées. Le mélange se fait donc seulement à l'interface entre l'environnement et le nuage ce qui a pour effet de refroidir et d’humidifier celui-ci, l'évaporation nécessitant un apport d'énergie[1].

En l'absence d'advection de température ou d'humidité, l'entraînement de l'air au-dessus de la couche limite planétaire vers le bas tend à épaissir la couche de mélange d'humidité près du sol, rendant la convection plus intense lorsqu'elle se déclenche. Par contre, si l'entraînement se produit en altitude, il aura tendance à assécher le courant ascendant et limitera la hauteur des sommets[3]. L'image montre qu'un taux d'entraînement de seulement 10 % diminue grandement l'extension verticale du nuage.

Comme l'air sec est plus dense, il subira également une poussée d'Archimède négative et aura tendance à descendre vers le sol où il pourra donner des rafales descendantes.

Modélisation[modifier | modifier le code]

L'entraînement est encore difficile à inclure dans les modèles climatiques[4]. En effet, ces modèles sont basés sur l'hypothèse que le mélange homogène doit se faire sur une période relativement longue comparée à celle de la condensation dans la convection. Ceci implique que de l'air sec, non saturé, de l'environnement doit être diffusé dans tout le nuage avant de commencer à évaporer des gouttelettes dans ce dernier. Les modèles numériques évaporent ensuite une portion de toutes les gouttelettes sans changer le nombre de gouttes[5].

Les modèles de prévision à court terme utilisent plutôt une paramétrisation non homogène de la diffusion de l'air entraîné qui tient compte de la courte période de réaction du nuage le long de sa trajectoire. Ceci permet à l'air sec de complètement évaporer les gouttelettes sur son parcours[5].

La différence entre ces deux approches est perceptible dans la forme de la distribution des gouttes dans le nuage. Les modèles climatiques changent la distribution parce que la sursaturation nécessaire à la formation des gouttes varie avec leur diamètre. En procédant à un mélange uniforme, le diamètre des gouttes variera plus sur les grosses que les petites et donnera un spectre de valeur plus étroit dans tout le nuage. Dans le cas d'un mélange non homogène, le spectre ne change pas, seules les gouttes dans l'air sec disparaissent[5].


Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Entrainment », AMS Golossary, American Meteorological Society (consulté le 2010-12-31)
  2. Organisation météorologique mondiale, « Entraînement », Glossaire météorologique, Eumetcal (consulté le 2010-12-31)
  3. (en) Z. Johnny Luo, Nir Krakauer, Shayesteh Mahani, Fabrice Papa, Marouane Temimi et Brian Vant‐Hull, « Severe Weather & Hazards Related Research at CREST » (consulté le 2010-12-31)
  4. (en) CG Knight et SHE Massey, « Association of parameter, software, and hardware variation with large-scale behavior across 57,000 climate models », Precedings, National Academy of Sciences, no 104,‎ 24 juillet 2007, p. 12259–64 (DOI 10.1073/pnas.0608144104, résumé, lire en ligne [PDF])
  5. a, b et c (en) P.R. Jonas, « Turbulence and cloud microphysics », Atmospheric Research, vol. 40, no 2-4,‎ 1996, p. 283-306 (DOI 10.1016/0169-8095(95)00035-6)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]