El Espectador (Colombie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec El Espectador (Uruguay).
El Espectador
Image illustrative de l'article El Espectador (Colombie)

Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Langue Espagnol
Périodicité quotidien
Genre Actualités
Date de fondation 1887
Éditeur Jorge Cardona[1]

Propriétaire Julio Mario Santo Domingo
Directeur de la rédaction Fidel Cano Correa
Comité éditorial Pilar Reyes, Héctor Abad Faciolince, Ramiro Bejarano, Armando Montenegro y Alejandro Gaviria.
ISSN 0122-2856
Site web http://www.elespectador.com

El Espectador (en espagnol « le spectateur ») est un quotidien colombien.

Histoire[modifier | modifier le code]

La une du 22 mars 1887

Fondé en 1887 à Medellín par Fidel Cano, il est édité à Bogota depuis 1915.

Pendant la première moitié du XXe siècle, le journal était à la pointe des technologies de l'information. Entre 1948 et 1952, suite à l'assassinat du leader libéral Jorge Eliécer Gaitán, il est soumis au contrôle strict du gouvernement conservateur. Entre 1955 et 1957, sous la dictature, il paraît sous le nom de El Independiente (l'Indépendant), car le pouvoir avait fait fermer les principaux journaux.

Il a été proche de la faillite à plusieurs reprises, dans les années 1960 lorsqu'un groupe d'entreprises lui retirèrent la publicité, ou dans les années 1980 lorsqu'il publia des accusations contre le groupe Grancolombiano.

Le 17 décembre 1986, des sicaires aux ordres du narcotrafiquant Pablo Escobar assassinèrent son directeur, Guillermo Cano Isaza. Ce meurtre émut beaucoup le pays, et l'UNESCO donnera son nom au prix mondial de la liberté de la presse. Trois ans plus tard, le 2 décembre 1989, une voiture piégée détruisit une bonne partie des installations du journal.

En 1997, le grand industriel colombien Julio Mario Santo Domingo (Caracol Televisión, bières Bavaria) entra au capital du journal. En 2001, les difficultés économiques l'obligèrent à passer à une diffusion hebdomadaire. Son principal rival est le quotidien El Tiempo.

En mai 2008, une situation économique nettement plus favorable lui permet de redevenir quotidien[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nota de prensa, « ‘Días de memoria’, antídoto contra el olvido », El Espectador,‎ 6-8-2009 (lire en ligne)
  2. (es) « El Espectador impreso vuelve a ser diario », sur elespectador.com,‎ 7 mai 2008 (consulté le 5 mars 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]