Ecclesia Dei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ecclesia Dei
Blason du pape Jean-Paul II
Motu proprio du pape Jean-Paul II
Date 2 juillet 1988
Sujet Réponse aux aspirations de la communauté des fidèles traditionalistes et mise en place le la Commission pontificale « Ecclesia Dei »
Chronologie
Summorum Pontificum Suivant

Ecclesia Dei adflicta sont les premiers mots d'un motu proprio promulgué par le pape Jean-Paul II le 2 juillet 1988 et en vigueur jusqu'au 13 septembre 2007 date à laquelle le motu proprio Summorum Pontificum l'a remplacé.

L'usage du rite tridentin[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une réponse au « schisme » provoqué par Mgr Lefebvre, à la suite de consécrations épiscopales sans mandat pontifical au sein de la Fraternité Saint-Pie-X. Outre le rappel de l'excommunication des évêques consécrateurs et des quatre nouveaux évêques, ce motu proprio affirme le désir de l'Église de réunir à la communauté catholique les fidèles traditionalistes, notamment en demandant aux évêques d'accorder de façon « large et généreuse » la pratique des livres liturgiques de 1962 dans leurs diocèses.

Selon ce motu proprio :

« À tous les fidèles catholiques qui se sentent attachés à certaines formes liturgiques et disciplinaires antérieures de la tradition latine, je désire aussi manifester ma volonté — à laquelle je demande que s'associent les évêques et tous ceux qui ont un ministère pastoral dans l'Église — de leur faciliter la communion ecclésiale grâce à des mesures nécessaires pour garantir le respect de leurs aspirations. »

La commission Ecclesia Dei[modifier | modifier le code]

À la suite de ce motu proprio est mise en place la Commission pontificale « Ecclesia Dei » qui veille à l'organisation des communautés catholiques traditionalistes dans le monde, particulièrement en France et en Amérique latine.

C'est ainsi que sont dites « communautés Ecclesia Dei » la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre, ou l'Institut du Bon-Pasteur, mais aussi des monastères bénédictins tel l'abbaye Sainte-Madeleine du Barroux ou abbaye Notre-Dame de Fontgombault ou encore des communautés religieuses dominicaines, augustiniennes ou diocésaines. Ces communautés acceptent les conclusions du concile Vatican II, notamment en matière d'ecclésiologie, et reconnaissent l'autorité pontificale, dont elles dépendent parfois directement. Elles ont la faculté d'utiliser exclusivement l'ancien missel dans leurs célébrations.

Les dispositions de ce texte concernant l'usage du rite tridentin ont été remplacées par celles du motu proprio Summorum Pontificum du 7 juillet 2007, entré en vigueur le 14 septembre 2007.

Article détaillé : Summorum Pontificum (motu proprio).

Dans sa Lettre aux évêques de l'Église catholique à propos de la levée des excommunications des quatre évêques consacrés par Monseigneur Lefebvre[1], publié le 12 mars 2009, Benoît XVI, considérant que les questions restant à traiter sont « de nature essentiellement doctrinale et regardent surtout l’acceptation du Concile Vatican II et du magistère post-conciliaire des Papes », annonce son intention de rattacher la commission à la congrégation pour la doctrine de la foi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]