Dragueurs de mines français de type MSC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Type MSC (Mine Sweeper Coastal)
Image illustrative de l'article Dragueurs de mines français de type MSC
le M762 Chrysanthème
Caractéristiques techniques
Type dragueur de mines
Longueur 43 m
Maître-bau 7,95 m
Tirant d'eau 2,55 m
Tirant d'air 18 m
Déplacement 300 tonnes (standard)
Port en lourd 372 tonnes (pleine charge)
Propulsion 2 moteurs G.M. 8-268A [1]
Puissance 2 x 600 ch
Vitesse 13 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 1 canon de 20 mm Oerlikon
Autres caractéristiques
Électronique 1 radar de navigation
sonar AN/QCU
Équipage 3 officiers, 35 hommes d'équipage
Histoire
Constructeurs Drapeau des États-Unis États-Unis
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Période de
construction
1953 - 1956
Période de service 1953 - 1989

Les dragueurs de mines français de type MSC sont des dragueurs de mines côtiers de type AMS-60 Adjutant, sous-groupe de la classe MSC-60. Ils ont été construits sur différents chantiers navals américains.

Les dragueurs de mines côtiers de type MSC se différencient des dragueurs de type MSI (Mine Sweeper Inshore) et des dragueurs de mines océaniques de type MSO (Mine Sweeper Ocean) par le fait de pouvoir travailler en eau plus profonde (à partir de 10 mètres) sur les côtes.

Service[modifier | modifier le code]

Au titre du Mutual Defense Assistance Program (MDAP)[2], il était prévu de transférer à la France trente-six dragueurs de mines côtiers de cette classe. Dès 1953, la marine française en reçoit les premières unités.

Au début des années 1970, ils sont supplantés par les nouveaux chasseurs de mines. Ils connaissent alors des utilisations différentes (annexes des écoles de formation, bâtiments-base pour plongeurs-démineurs,...) ou sont rendus aux États-Unis qui les cèdent à d'autres marines en ayant exprimé le besoin.

Conception[modifier | modifier le code]

Les MSC sont fabriqués en coque bois et les équipements métalliques en acier a-magnétique pour que la signature magnétique soit le plus faible possible. Le bloc passerelle est sur l'avant de la cheminée. Le pont arrière est dégagé pour recevoir les apparaux des différentes dragues.

Moyens techniques[modifier | modifier le code]

Dragage des mines :

  • drague mécanique
  • drague magnétique
  • drague acoustique


Les unités[modifier | modifier le code]

  • M631 Pavot (1956-70) - vendu à la marine turque (Selcuk)
  • M632 Pervenche (1954-80)
  • M633 Pivoine (1955-84)
  • M 634 Renoncule (1956-70) - vendu à la marine turque (Seytham)
  • M635 Reseda (1955-84)
  • M638 Accacia (1953-84)
  • M639 Acanthe (1953-81)
  • M640 Aconit (1953-77) - remis à la marine tunisienne (Sousse)
  • M667 Ajonc (1954-87)
  • M668 Azalée (1953-83)
  • M669 Bégonia (1954-77)
  • M670 Bleuet (1954-78)
  • M671 Camélia (1954-80)
  • M672 Chrysanthème (1954-78)
  • M673 Coquelicot (1955-73) - remis à la marine tunisienne (Hannibal)
  • M674 Cyclamen (1953-83)
  • M675 Eglantine (1955-85) - restitué aux USA
  • M676 Gardenia (1954-89)
  • M677 Giroflée (1954-80)
  • M678 Glaïeul (1957-77)
  • M679 Glycine (1954-85) - restitué aux USA
  • M680 Jacinthe (1954-82)
  • M681 Laurier (1954-80)
  • M682 Lilas (1957-81)
  • M683 Liseron (1955-87)
  • M684 Lobelia (1955-83) - restitué aux USA
  • M685 Magnolia (1954-86)
  • M686 Marguerite (1954-69) - vendu à l'Uruguay (Rio Negro)
  • M687 Mimosa (1955-85) - restitué aux USA
  • M688 Muguet (1955-82)
  • M689 Myosotis (1954-(55) - transféré à Taïwan(Yung An)
  • M690 Narcisse (1953-55)- transféré au Japon (Hashima)
  • M691 Oeillet (1953-56) - transféré à l'Espagne (Nalon)
  • M692 Pâquerette (1955) - transféré à Taïwan(Yung Ping)
  • M698 Roselys (1955) - transféré à l'Espagne (Llobregat)
  • M699 Tulipe (1956) - transféré au Japon (Yashima)


Liens connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. GM 8-268 & 8-268A
  2. dérivé du Plan Marshall, issu d'une décision de Harry S. Truman (prise le 6 octobre 1949) et connue sous le nom de Mutual Defense Assistance Act. Ce programme, spécifiquement américain, ne dépendait en rien de la structure de l'OTAN