Dom Justo Takayama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Takayama à Manille, peinture du XVIIe siècle

Ukon Takayama (高山右近, Takayama Ukon?) ou Dom Justo Takayama (ou Iustus Takayama Ukon ou encore Hikogoro Shigetomo) (1552 Haibara-cho, Nara - à Manille) est un samouraï et daimyo converti au christianisme (kirishitan) à l'époque Sengoku de l'histoire du Japon.

Biographie[modifier | modifier le code]

À sa naissance, Takayama Justo est destiné à être l'héritier de Takayama Tomoteru, seigneur du château de Sawa dans la province de Yamato. Son nom d'enfant est Hikogorō (彦五郎). À l'âge de 12 ans (1564), son père se convertit au catholicisme et Hikogorō est baptisé Justo. Après sa seijin shiki, Hikogorō est appelé Shigetomo (重友). Il est cependant plus connu sous le nom Takayama Ukon (高山右近). Le nom Ukon vient du poste gouvernemental d'officier d'Ukonoefu auquel il prétend, ce qui est pratique courante chez les samouraïs de l'époque.

Justo et son père se battent pendant cette période agitée pour assurer leur position en tant que daimyo. Ils parviennent à acquérir le château de Takatsuki (Takatsuki à Osaka) sous le règne d'Oda Nobunaga et aussi de Toyotomi Hideyoshi, au moins dans les premières années du règne de ce dernier. Au cours de leur domination de la région de Takatsuki, Justo et son père Dario font progresser leur politique en tant que daimyo kirishitan (daimyo chrétien). Beaucoup de ses camarades se convertissent sous son influence.

Cependant, Toyotomi Hideyoshi s'oppose au christianisme et en 1587, ordonne l'expulsion des missionnaires. Alors que de nombreux daimyo obéissent cet ordre et rejettent le catholicisme, Justo proclame sa fidélité à sa religion et préfère renoncer à sa terre et à sa propriété.

Justo vit sous la protection de ses amis pendant plusieurs décennies, mais à la suite de l'interdiction du christianisme en 1614 par Tokugawa Ieyasu, le shogun de l'époque, il est expulsé du Japon. Le , en compagnie de 300 chrétiens japonais, il quitte son pays natal à Nagasaki. Il arrive à Manille le 21 décembre où il est chaleureusement accueilli par les jésuites espagnols et les Philippins.

Les Philippines espagnoles offrent leur aide pour renverser le gouvernement japonais par une invasion afin de protéger les catholiques japonais. Cependant, Justo refuse de participer et s'oppose à ce plan, mais il meurt de maladie seulement 40 jours plus tard.

À cette époque, les Espagnols désignent l'espace Paco comme la « place jaune » en raison des plus de 3 000 Japonais qui y résident. La placa Dilao est le dernier vestige de la vieille ville de Paco.

Une statue de Dom Justo Takayama se trouve place Dilao à Manille. Justo y apparaît portant une robe de guerrier avec ses cheveux attachés en chignon. Il porte une épée pointée vers le bas sur laquelle pend une figure d'un Jésus crucifié.

Lorsqu'il meurt en 1615, le gouvernement espagnol l'enterre dans une sépulture chrétienne avec les honneurs militaires en tant que daimyo. Il est le premier daimyo à être enterré aux Philippines.

Canonisation[modifier | modifier le code]

L'Église catholique romaine envisage la canonisation de Dom Justo Yakayama avec le numéro de protocole 1241 attribué par la Congrégation pour les causes des saints[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]