Deodato Guinaccia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martyre de sainte Lucie, église de Santa Lucia alla Badia, Syracuse, Sicile

Deodato Guinaccia dit Deodato Napolitano (Naples, v. 1510 - 1585) est un peintre italien de la Renaissance qui a été actif à Messine au XVIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Deodato Guinaccia à Naples, fut l'élève du peintre Polidoro da Caravaggio. Lors de la mort de son maître, il acheta tout ce qui faisait partie de son atelier de peinture et continua à soutenir son école. Il termina aussi certains tableaux inachevés comme la Nativité dans l'église de l'Alto-Basso. Francesco Comandè et Cesare di Napoli furent de ses élèves[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Trinité (1577), église de la Confraternità de Pellegrini, Messine, Sicile.
  • Transfiguration, église de San Salvatore de Greci, Messine.
  • Adoration du Christ enfant, église de San Giacomo (Milazzo), Messine.
  • Nativité, église des Capucins, Ragusa.
  • Martyre de sainte Lucie, église de Santa Lucia alla Badia, Syracuse.
  • Immaculée Conception, église de Santa Maria del Gesù, Messine.
  • Assomption, Chiesa Madrice (Cathédrale), Gela.
  • Vierge du Rosaire et saints (1574), Oratorio del Rosario, église de Santa Lucia del Mela, Messine.
  • Portement de la Croix, église de Santa Nunziata,Catane[2].
  • Annonciation faite à Marie (1551), église des Teresiani, Porta Reale

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Maria Farquhar, Biographical catalogue of the principal Italian painters, Ralph Nicholson Wornum,‎ 1885 (réimpr. Woodfall & Kinder, Angel Court, Skinner Street, Londres numérisé par Googlebooks d'Oxford University copie du 27 juin 2006), 80 p. (résumé)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • x

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de la peinture en Italie : depuis la Renaissance des beaux-arts ... - (Page 369) de Luigi Lanzi, Luigi Antonio Lanzi, Armande Diundé-Defley, 1824.
  2. Raphael d'Urbin et son père, Giovanni Santi (page 247) de Johann David Passavant, Jules Lunteschutz, P. L. Jacob - 1860.