Polidoro da Caravaggio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caravage.
Polidoro Caldara dit da Caravaggio par Francesco Susinno dans Le vite de pittori messinesi, 1710, Messine.
Adoration des bergers, musée régional de Messine
Lavis Amour demande à Jupiter la permission d'épouser Psyché (vers 1524)
Étude pour la décoration du palais du poète Bernardino Rota à Naples. Collection privée Lausanne.
Sorti de la collection de Benjamin West en 1820.

Polidoro Caldara, dit Polidoro da Caravaggio (en français, Polydore de Caravage), (né en 1495 à Caravaggio dans l'actuelle province de Bergame en Lombardie, et mort assassiné en 1543 à Messine, en Sicile) est un peintre de la Renaissance italienne, élève de Raphaël, qui travailla à Rome (1514-1527), à Naples (1524, 1527-1528) et à Messine (1528-1543 ?) et qui fut aussi, à la fin de sa vie, architecte.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon Giorgio Vasari (1511-1574) dans Le Vite : « Le dernier âge d'or, c'est le nom qu'en raison de ses personnalités émérites et de ses nobles artistes on peut donner à l'âge heureux de Léon X. Parmi les esprit plus distingués s'y trouve Pulidoro da Caravaggio, un Lombard qui ne dut pas son talent à une longue étude, mais que la nature avait créé peintre [...] ».

C'est en effet grâce à ses qualités innées que Polidoro, bien qu'employé à porter la navette (récipient plein de chaux) aux maîtres-maçons lors des travaux de construction des loges du palais pontifical, réussit à se faire remarquer par les brillants artistes de l'atelier de Raphaël.

Polidoro développe le goût pour la peinture en voyant travailler ce grand maître et est admis au nombre de ses élèves. Il se livre au travail des loges avec tant d'énergie et de passion qu'en peu de mois il donne la preuve de son talent en produisant des œuvres d'une telle qualité qu'il obtient la glorieuse réputation du plus beau talent de cette nombreuse équipe.

Il se lie d'amitié avec le Florentin Maturino et leur appréciation réciproque devient si forte qu'en plein accord il se mettent à travailler ensemble en communauté d'ambitions, bourses et entreprises.

En suivant l'exemple de Baldassarre de Sienne qui a décoré quelques façades, Polidoro et Maturin se spécialisent dans cette activité qui devient à la mode en décorant un grand nombre de façades romaines. Polidoro peut à juste titre être considéré comme le concepteur des décorations en chiaroscuro (clair-obscur).

Polidoro entame aussi une œuvre de dessinateur et réalise des portraits, d'enfants notamment et d'inconnus qu'il croise dans la rue, dans les auberges ou dans les bordels. Dans ses dessins, il excelle dans le clair-obscur et montre son attachement à l'antique.

En 1527, le sac de Rome par les troupes de l'empereur Charles Quint pousse Polidoro à s'enfuir. Il se réfugie d'abord à Naples où il peint une figure de saint Pierre dans la chapelle principale de Sainte-Marie-des-Grâces et d'autres œuvres en tant qu'aide d'autres peintres.

Cependant Polidoro estime qu'à Naples il n'est pas reconnu à sa juste valeur et s'embarque pour Messine où davantage considéré, il se remet à l'ouvrage en travaillant avec acharnement et en se perfectionnant dans la pratique de la couleur.

Son domestique et élève, Tonno Calabrese, l'assassine à coups de couteau pour lui voler une importante somme d'argent qu'il venait de recevoir alors qu'il s'apprêtait, riche et reconnu, à retourner à Rome.

Il eut Aurelio Busso (ou Buso) de Crema comme élève.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures 
Dessins
  • Nombreux au département des Arts graphiques du musée du Louvre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, G. Vasari, livre VI, 1568.
  • Giorgio Vasari - Vies de Polidoro da Caravaggio et de Maturino Fiorentino, Éditions de 1550 et de 1568. Texte italien et nouvelle traduction française par Louis Frank, conservateur au département des Arts graphiques du Louvre. Officina Libraria
  • Le vite de pittori messinesi, Francesco Susinno, 1724.
  • Le case roane con facciate graffite e dipinte, Catalogue de l'exposition par C. Pericoli Ridolfini, Rome, 1960.
  • Polidoro da Caravaggio, A. Marabottini, vol. 2, Rome 1969.
  • Un apice di Polidoro da Caravaggio, R. Longhi, dans Pa, 245, pp 3-7, 1970.
  • Le Logge di Raffaello, N. Dacos.
  • Polidoro da Caravaggio: I. I disegni di Polidoro. II. Copie di Polidoro, R. Ravelli, Monumenta Borgomensia XLVIII, 1978.
  • Polidoro Caldara da Caravaggio: l'invidia e la fortuna, M. Marini, Ed. Marsilio, 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Giorgio Vasari cite Polidoro da Caravaggio et décrit sa biographie dans Le Vite : Page ?? - édition 1568
113 le vite, polidoro da caravaggio.jpg

Liens externes[modifier | modifier le code]