Dédalée du chêne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Daedalea quercina, de son nom vernaculaire, la Dédalée du chêne, est un champignon basidiomycète de la famille des Fomitopsidaceae.

Description[modifier | modifier le code]

Lames typiques de Daedalea quercina
  • Chapeau de 6 à 20 cm, en console semi-circulaire, brun-gris assez pâle, rugueux et zoné vers la marge.
  • Lames de couleur ochre clair, espacées, épaisses et ramifiées en labyrinthe (d'où le nom du genre). L'hyménium des dédalées est intermédiaire entre de véritables lames et des pores ; sporée blanchâtre.
  • Pied quasi-inexistant.
  • Chair épaisse d'1 à 3 cm, jaunâtre, molle puis sèche et coriace ; odeur et saveur agréables de champignon.

Écologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce vient toute l'année sur les troncs des chênes, comme son nom l'indique, mais aussi occasionnellement d'autres feuillus : châtaigniers, hêtres, noyers notamment. Il est rare sur les conifères. Son mycélium cause une pourriture brune chez son hôte[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Coriace et de ce fait immangeable, la dédalée du chêne reste un champignon comestible si on l'utilise pour parfumer un potage.

Il contient également du quercinol, aux propriétés anti-inflammatoires[2].

Espèces proches et confusions possibles[modifier | modifier le code]

La dédalée du chêne se reconnait aisément à son habitat, à son profil en console aplatie et surtout à son hyménium labyrinthique qui évoque certains madrépores[3]. C'est une particularité que l'on retrouve toutefois chez d'autres polyporales, tels les Lenzites ou les Daedaleopsis , et aussi chez les Gloeophyllales.

Sources et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Daedalea quercina sur le site de l'Office National des Forêts français : des dégâts limités.
  2. (en) Gebhardt P, Dornberger K, Gollmick FA, Gräfe U, Härtl A, Görls H, Schlegel B, Hertweck C., « Quercinol, an anti-inflammatory chromene from the wood-rotting fungus Daedalea quercina (Oak Mazegill) », Bioorg. Med. Chem. Lett., vol. 17, no 9,‎ mai 2007, p. 2558–60 (PMID 17346963, DOI 10.1016/j.bmcl.2007.02.008)
  3. par exemple Diploria labyrinthiformis

Sur les autres projets Wikimedia :