Déclaration commune sur la justification par la foi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Déclaration commune à l'Église catholique et à deux fédérations d'églises protestantes sur un point de doctrine qui divisait : est-on sauvé par ses œuvres ou par sa foi ? La déclaration énonce une position commune :

« Nous confessons ensemble que la personne humaine est, pour son salut, entièrement dépendante de la grâce salvatrice de Dieu. »

Les points de vue des Églises concernées[modifier | modifier le code]

Les différends antérieurs[modifier | modifier le code]

Martin Luther s'était principalement opposé à l'Église catholique sur la question des indulgences. Cette critique se fondait en particulier sur l'Épître aux Romains, attribuée à l'apôtre Paul et l'Épître de Jacques, critiquée par ce même Luther comme étant de peu de valeur (il l'appelait “l'épître de paille”[1]).

Luther, se fondant en particulier sur le chapitre 3 de l'épître aux Romains, affirmait que seule la foi sauvait, indépendamment des actes (“œuvres”). L’Église catholique de l'époque, sans minimiser la part de la foi, mettait en avant le second chapitre de l'épître de Jacques et donc la nécessaire correspondance des œuvres réalisées avec la foi. Ces “œuvres” pouvaient aller jusqu'au rachat des péchés par des indulgences, y compris financières, ce qui était totalement inadmissible pour Martin Luther.

Les termes de l'accord[modifier | modifier le code]

Les deux parties présentent leur accord comme l'obtention d'un « consensus dans les vérités fondamentales de la doctrine de la justification ». L'accord a ainsi permis la levée des condamnations réciproques qui avaient eu lieu dès l'avènement de la Réforme sur ces questions doctrinales. Il n'y a pas pour autant identité de vues et de présentation : on a pu ainsi parler de “consensus différencié”, c'est-à-dire qui admet les différences[2].

Par exemple, l'insistance de l'Église catholique sur les œuvres demeure, notamment en ce qui concerne les œuvres de charité. Mais il y est explicitement précisé que la grâce ne dépend pas des œuvres réalisées :

« Lorsque les catholiques affirment que, lors de la préparation en vue de la justification et de son acceptation, la personne humaine “coopère” par son approbation à l’agir justifiant de Dieu, ils considèrent une telle approbation personnelle comme étant une action de la grâce et non pas le résultat d’une action dont la personne humaine serait capable. »

Les différents accords signés[modifier | modifier le code]

Déclaration entre luthériens et catholiques d'Augsbourg[modifier | modifier le code]

Présentation de la Confession d'Augsbourg à Charles Quint.

La déclaration a été signée à Augsbourg le 31 octobre 1999 par le cardinal Edward Cassidy, représentant de l'Église catholique, et l’évêque Christian Krause, président de la Fédération mondiale luthérienne. Elle constitue une étape décisive dans le rapprochement entre l'Église catholique et les Églises luthériennes.

Le choix d'Augsbourg pour cette signature était particulièrement symbolique, et se voulait un écho à la Confession d'Augsbourg considéré comme le point de divergence théologique entre catholiques et luthériens.

Déclaration entre méthodistes et catholiques à Séoul[modifier | modifier le code]

Le 18 juillet 2006 la déclaration a été signée par le Conseil méthodiste mondial à Séoul en présence du cardinal Walter Kasper, président du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, du révérend Ismael Noko, secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale et du pasteur Samuel Kobia, lui-même méthodiste et secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE)[3]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (fr) (en) « Une « épître de paille » ? », Réforme,‎ 02 octobre 2011 (consulté le 21 décembre 2011)
  2. Daniel Olivier, « L'accord catholique-luthérien sur la justification », Itinéraires augustiniens, n° 27.
  3. [1][2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]