Dé à coudre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dé (homonymie).
Un dé à coudre
Diverses sortes de dés à coudre

Un dé à coudre est un petit objet souvent cylindrique dans lequel on insère le bout du doigt pour le protéger de l'aiguille à coudre, généralement le majeur ou l'annulaire.

En couture, il sert d'étui afin de protéger les doigts lors de l'utilisation d'une aiguille à coudre. Il permet ainsi de "pousser" l'aiguille dans les tissus épais et de recevoir l'aiguille lors d'une couture à la main. Il permet surtout de millimétrer sa couture.

Les dés à coudre sont généralement en métal et piquetés sur la face extérieure. Mais il existe diverses sortes de dés à coudre dans divers métaux, en cuir, en céramique, en porcelaine, en caoutchouc, en bois, en verre ou en plastique et silicone. Les dés à coudre peuvent être plus ou moins travaillés, peints, gravés ou ciselés. Ils peuvent couvrir complètement le doigt avec une forme tronconique ou cylindrique ou n'être pas plus larges qu'une bague et se porter comme un anneau sur le bout du doigt. Du fait de cette diversité, ils sont parfois collectionnés ; les collectionneurs s'appellent des digitabuphiles, digitabuphilistes ou digiconsuériphiles.

Historique[modifier | modifier le code]

Fabrication artisanale de dés à coudre

Le dé à coudre le plus ancien a été retrouvé à Pompéi, il était en bronze. Les dés à coudre les plus anciens étaient en os, corne ou ivoire. C'est au XIVe siècle qu'ils commencent à être décorés.

Si les dés à coudre étaient originellement utilisés pour la couture, ils eurent par la suite d'autres usages : dans les années 1800, ils furent utilisés comme mesure pour les spiritueux et il subsiste nombre d'expressions héritées de cet usage « juste un doigt », « un dé à coudre de... », « qui veut un dé à coudre à un dé à coudre ! » « Offre un dé à coudre à ton voisin et il te tendra la main », ou encore « se noyer dans un dé à coudre ».

Fabrication[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, les fossettes sur le côté extérieur étaient façonnées à la main avec des poinçons. La mécanisation a aussi supprimé l'aspect bombé du dessus. Les dés à coudre les plus anciens sont remarquables par trois éléments : l'épaisseur irrégulière du métal, l'aspect bombé du dessus et l'irrégularité des fossettes du côté extérieur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

(fr) Catégorie Dés à coudre de l’annuaire dmoz

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédérique Crestin-Billet, La folie des dés à coudre, Flammarion, coll. « La folie des... »,‎ 2003, 372 p. (ISBN 2082008894).
  • Michel Painsonneau, Les prestigieux dés à coudre français, Michel Painsonneau /Thebookedition.com,‎ 2012, 192 p. (ISBN 9782954215303)