Corps d'arc-en-ciel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lettre tibétaine "A", le symbole du corps de lumière

Le corps d'arc-en-ciel (tib. : jalu, wyl. : ja' lus) est un concept du bouddhisme selon lequel la pratique de méditations spéciales réservées à des méditants accomplis, au moment de la mort, transformerait le corps physique en lumière et le ferait disparaître. Selon Alexandra David-Néel, ce corps d'arc-en-ciel serait analogue au « corps astral » des occultistes[1],[2].

Définition[modifier | modifier le code]

Le corps d'arc-en-ciel, appelé aussi corps de lumière serait le résultat de la pratique de longdé (tib. : Klong-sde, skt. : Abhyantaravarga) et thögal (pratique faisant partie du mengakdé, Tib : Man-ngag-sde, Sk : Upadesavarga). Longdé et mengakdé étant respectivement la deuxième et la troisième des trois séries (tib. : sde-gsum) du Dzogchen[3].

Selon cette croyance, les pratiquants du Dzogchen manifesteraient le « corps d'arc-en-ciel » quand leurs divers éléments se résorbent dans l'essence lumineuse qui les a créés et que le corps physique se fond en lumière (ou pure énergie lumineuse) avant de disparaître complètement aux yeux des vivants[4]. Ce processus est censé générer une lumière vive et des arc-en-ciel d'où son nom[5]. Il s'agirait d'une transmutation durant laquelle le corps physique deviendrait de plus en plus subtil[6].

Pratique[modifier | modifier le code]

Le méditant se place à l'intérieur d'une tente cousue au moment de son trépas. L'usage veut que l'on laisse le corps tranquille pendant environ une semaine. Au moment de l'ouverture de la tente, seuls les ongles et les cheveux sont censés rester[7].

Yogis[modifier | modifier le code]

La tradition considère que Vairotsana, Yeshe Tsogyal, Rechungpa et Milarépa ont réalisé le corps d'arc-en-ciel, ainsi que plus récemment Sönam Namgyal au Tibet oriental en 1952[5], Nyala Rinpoché en 1978 et Ato Rinpoché au Tibet dans les années 1990.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Textes tibétains inédit, Alexandra David-Néel, Pygmalion, 1977, p. 139
  2. voir aussi : Eranos-Jahrbuch, Volume 2, Rhein-Verlag 1958, p. 212
  3. Dictionnaire encyclopédique du Bouddhisme, de Philippe Cornu page 144
  4. Le Livre tibétain de la vie et de la mort, de Sogyal Rinpoché page 228
  5. a et b Le livre tibétain de la vie et de la mort, de Sogyal Rinpoché page 229
  6. "corps+arc+en+ciel"&hl=fr&sa=X&ei=K5bpT9HcDILP8QPmtN3oDQ&ved=0CDsQ6AEwAg#v=onepage&q=%22corps%20arc%20en%20ciel% Réincarnation, la nouvelle "Affaire Galilée" Marie Stanley, Fernand Lanore, 1998, p. 194
  7. Le livre tibétain de la vie et de la mort, de Sogyal Rinpoché page 230

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]