Corkite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corkite[1]
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[2]
Général
Classe de Strunz 8.BL.05
Formule brute PbFe3[(OH)6SO4PO4]
Identification
Masse formulaire 667.82 uma
Couleur vert; vert jaunâtre; jaune; jaune pâle; jaune brun; vert foncé
Classe cristalline et groupe d'espace ditrigonale pyramidale ; R 3m
Système cristallin trigonal
Réseau de Bravais hexagonal rhomboédrique R
Clivage Parfait sur {0001}
Habitus agrégats; microgrenu, cristallisé
Faciès rhomboédrique; pseudocubique
Échelle de Mohs 3,5 à 4,5
Éclat vitreux; résineux; mat
Propriétés optiques
Biréfringence Uniaxial (-);Δ=0,000
Dispersion 2vz ~ e=1.93, w=1.93
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence transparent à translucide
Propriétés chimiques
Densité 3,6 à 4,05
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La corkite est une espèce minérale de formule PbFe3[(OH)6SO4PO4]. Les cristaux ne dépassent pas 2 mm [3]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par le minéralogiste français Gilbert Joseph Adam en 1869, le nom dérive du gisement topotype.

Topotype[modifier | modifier le code]

Mine de fer Glandore, Comté de Cork, Irlande

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Bleirosite (Adam 1869)[4]
  • Dernbachite

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • Elle forme, une solution solide avec la kintoreite.
  • Elle fait partie d'un groupe de minéraux isostructuraux : le groupe de l'alunite et particulièrement du sous groupe de la beudantite.

Sous groupe de la beudantite[modifier | modifier le code]

Gîtologie[modifier | modifier le code]

Minéral secondaire formé à basse température ou par oxydation de dépôts hydrothermaux de minéraux métalliques.

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

malachite, plumbojarosite, pyromorphite, quartz.

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Belgique
Richelle, Visé, Province de Liège[5]
  • France
Mine Les Montmins (Veine de Ste Barbe), Échassières, Ébreuil, Allier, Auvergne[6]
Carrière de La Lande, Plumelin, Morbihan[7]
  • Irlande
Glandore Mine (Aghatubrid Mine; Glendore Mine), Glandore, Comté de Cork Gisement du topotype[8]
  • Tunisie
Mine du Djebel Sekarna, Djebel Sekarna, Siliana[9]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. American Mineralogist, volume 072, pp. 178(1987)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. The Handbook of Mineralogy Volume IV, 2000 Mineralogical Society of America by Kenneth W. Bladh, Richard A. Bideaux, Elizabeth Anthony-Morton and Barbara G. Nichols
  4. Adam, M. (1869) Tableau minéralogique, Paris: 49.
  5. 1./ A.M. Fransolet, J Jedwab and R. Van Tassel, 1974, Inventaire minéralogique de Richelles, Belgique, Annales de la Société Géologique de Belgique, Tome 27, pp. 23-26.
  6. Le Règne Minéral, (33), 5-25.
  7. - Le Roc'h P., Bocianowski M. (2001). La carrière de la Lande, Plumelin (Morbihan). Le Cahier des Micromonteurs: 7-10.
  8. Mineralogical Magazine (1990): 54: 603.
  9. Dill, Weiss, Botz, Dohrmann, Paleontological, mineralogical and chemical studies of syngenetic and epigenetic Pb–Zn–Ba–P mineralizations at the stratotype of the K/P boundary, International Journal of Earth Sciences, Feb 2010.