Corbeau (architecture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corbeau (homonymie).
Corbeau, découvert près de la cathédrale de Troyes (Gravure du Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, par Eugène Viollet-le-Duc, 1856.

Le corbeau est un élément saillant d'un mur, en architecture.

En structure intérieure, il permet de soutenir une poutre, une voûte, un arc ou une statue.

En structure extérieure il est utilisé pour supporter un toit, une corniche un élément en encorbellement (l'un et l'autre sont issus de l'ancien français corbel qui désigne le volatile, le corbeau qui se perche en haut de mur), ou autre avant-corps.

Il est généralement intégré dans le mur pendant la construction (rarement rapporté par fixation) et consiste en une seule pierre. Un petit corbeau est un corbelet.

Lorsqu'il y a plusieurs pierres maçonnées sur plusieurs assises, lorsqu'il s'agit de structure métal ou béton, on désigne l'élément porteur par le terme « console ».

Au rôle de support du corbeau peut s'ajouter un rôle décoratif. Il est souvent sculpté (modillon) dans les bâtiments fastueux. Dans les monastères rigoureux et dans l’architecture militaire, on ne l’orne pas.

Guérite en pierre sur corbeaux, à Colmars (fort des Alpes)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]