Constante de Champernowne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En mathématiques, la constante de Champernowne, noté C_{10}\, est un nombre réel, nommé ainsi en l'honneur du mathématicien D. G. Champernowne. C'est un nombre simple à construire, qui possède certaines propriétés importantes. Il s'agit notamment d'un nombre univers.

La suite des chiffres de son écriture est un mot infini qui est important en combinatoire des mots parce qu'elle est de complexité maximale quant au nombre de facteurs.

Normalité[modifier | modifier le code]

On dit qu'un nombre réel x est normal en base b si, toutes les séquences de chiffres possibles apparaissent avec la même probabilité dans son écriture en base b.

Si on note une chaîne de chiffres par [a_0,a_1,\ldots]\,, alors en base 10, chacune des chaînes [0],[1],[2],...,[9] apparaît avec une probabilité égale à 1/10, chacune des chaînes [0,0],[0,1],...,[9,8],[9,9] avec une probabilité égale à 1/100, et ainsi de suite, dans un nombre normal.

Suivant la définition, est-il possible de construire un nombre normal ? Naturellement, on pourrait considérer la concaténation des chaînes [0],[1],[2],...,[9] pour satisfaire la première condition, puis la concaténation des chaînes [0,0],[0,1],...,[9,8],[9,9] pour satisfaire la deuxième condition, et ainsi de suite.

C'est d'une façon similaire que la constante de Champernowne a été définie.

En base 10, il vient :

C_{10} = 0,12345678910111213141516\dots

Il est normal en base 10. Il est possible de créer des constantes de Champernowne qui sont normales dans les autres bases, de manière similaire, par exemple,

C_2 = 0,1\,10\,11\,100\,101\,110\,111\dots {}_2
C_3 = 0,1\,2\,10\,11\,12\,20\,21\,22\dots {}_3

et ainsi de suite.

Représentation en fraction continue[modifier | modifier le code]

Les premiers 162 et une partie du 163ème terme dans la fraction continue de la constante de Champernowne décimale

Calculer sous forme de fractions continues peut aider à analyser le nombre.

Normalement en considérant une fraction, nous prenons un certain nombre réel y que nous divisons en un quotient de deux entiers a et b ainsi y = a/b, la fraction continuée prend un nombre réel y et le divise de la manière suivante

 y = a_0+ {1 \over a_1 + {1 \over a_2 + {1 \over a_3 + {1 \over a4 + \ddots } } } }

que nous pouvons écrire de manière plus compacte par [a0; a1, a2, ...].

Par exemple, si l'on considère le nombre e\, :

e=2,718281828\cdots = 2 + {1 \over 1 + {1 \over 2 + {1 \over 1 + {1 \over 1 + \ddots } } } } = [2; 1, 2, 1, 1, 4, 1, 1, 6, 1, 1, \cdots]

Les termes dans la fraction continue s'arrêtent après un certain point si le nombre est rationnel, et continuent indéfiniment si le nombre est irrationnel. De façon claire, la constante de Champernowne est irrationnelle, puisque les nombres rationnels ont un développement décimal répétitif ou terminé. La fraction continue de la constante de Champernowne ne se termine pas.

Si nous arrêtions la fraction continue après un certain point pour un nombre rationnel, nous obtiendrions une approximation de ce nombre sous forme d'une simple fraction. Plus nous prendrions de termes, plus l'approximation serait précise. Par exemple,

[2; 1, 2, 1, 1] = 2,714285714, e - [2; 1, 2, 1, 1] = 0,003996114
[2; 1, 2, 1, 1, 4, 1, 1, 6, 1, 1] = 2,718281718, e - [2; 1, 2, 1, 1, 4, 1, 1, 6, 1, 1] ~ 1.10 ×10-7

Si nous examinons la fraction continue de la constante de Champernowne, nous obtenons un certain comportement erratique. En base 10,

C10 = [0; 8, 9, 1, 149083, 1, 1, 1, 4, 1, 1, 1, 3, 4, 1, 1, 1, 15,
4 57540 11139 10310 76483 64662 82429 56118 59960 39397 10457 55500 06620 04393 09026 26592 56314 93795 32077 47128 65631 38641 20937 55035 52094 60718 30899 84575 80146 98631 48833 59214 17830 10987,
6, 1, 1, 21, 1, 9, 1, 1, 2, 3, 1, 7, 2, 1, 83, 1, 156, 4, 58, 8, 54, ...]

Nous obtenons d'autres nombres extrêmement grands comme parties de la fraction continue si nous continuons. Le prochain terme de la fraction continue est énorme, il possède 2 504 chiffres. Ceci peut poser des problèmes dans le calcul des termes de la fraction continue, et peut perturber les algorithmes faibles de calcul de fraction continue. Néanmoins, le fait qu'il existe de grands nombres comme parties du développement de la fraction continue veut dire que si nous prenons les termes au-dessus et au-dessous ces grands nombres, nous obtenons une bonne approximation excédentaire en comparaison du grand nombre que nous n'avons pas inclus. En appelant K le grand nombre ci-dessus en position 19 dans la fraction continue, alors, par exemple,

C10 - [0; 8, 9, 1, 149083, 1, 1, 1, 4, 1, 1, 1, 3, 4, 1, 1, 1, 15] ~ -9 ×10-190
C10 - [0; 8, 9, 1, 149083, 1, 1, 1, 4, 1, 1, 1, 3, 4, 1, 1, 1, 15, K] ~ 3 ×10-356

qui est une amélioration de précision par 166 ordres de grandeur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]