Concerto pour piano nº 1 de Rachmaninov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Concerto pour piano no 1
Opus 1
Image décrite ci-après
Sergueï Rachmaninov en 1892

Genre Concerto
Nb. de mouvements 3
Musique Sergueï Rachmaninov
Effectif Piano et orchestre
Durée approximative env. 25 minutes
Dates de composition 1891, révisé en 1917
Dédicataire Alexandre Siloti
Création 17 mars 1892
Drapeau de Moscou Moscou
Interprètes Sergueï Rachmaninov (pno.)

Vassili Safonov (dir.)
Orchestre des étudiants du Conservatoire de Moscou

Le Concerto pour piano en fa dièse mineur op. 1, composé en 1891, est le premier des quatre concertos pour piano de Sergueï Vassilievitch Rachmaninov. Ecrit alors que le compositeur était seulement âgé de 19 ans, il est dédicacé à Alexandre Siloti, pianiste et ami du musicien. L'œuvre a été retravaillée en 1917, surtout son dernier mouvement.

Le premier mouvement a été créé le 17 mars 1892, par l'orchestre des étudiants du conservatoire de Moscou sous la baguette de Vassili Safonov avec le compositeur au piano. La version de 1917 a été créée également par le musicien avec l'orchestre de la société symphonique russe sous la direction de Modest Altschuler le 29 janvier 1919 à New York.

Rachmaninov en réalisa le premier enregistrement discographique avec l'Orchestre de Philadelphie sous la direction d'Eugene Ormandy en 1939.

Elle se divise en trois mouvements : Vivace, Andante cantabile, et Allegro scherzando. Dans la version de 1917, le troisième mouvement est un Allegro vivace. Son exécution demande un peu moins d'une demi-heure.

Historique[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

En 1889, Rachmaninov avait commencé un Concerto pour piano en do mineur, qu'il laissa inachevé. Chose étonnante, il est dans la même tonalité que le Second Concerto. Dans une lettre datée du 20 juillet 1891, il écrit à Natalya Skalon : « J'ai finalement achevé le 6 juillet la composition et l'orchestration de mon concerto. J'aurais pu terminer plus tôt, mais j'ai vagabondé longtemps après le premier mouvement et je n'ai commencé les mouvements suivants que le 3 juillet. Donc, composition et orchestration des deux derniers mouvements en deux jours et demi. Tu peux t'imaginer le travail que cela représente. Je composais de cinq heures du matin à huit heures du soir ; par conséquent, après avoir achevé le morceau, je me suis trouvé très épuisé ». Ce qui surprend dans l'écriture de ce concerto, c'est qu'en plus de la vitesse à laquelle il a été écrit, rares sont les compositeurs à atteindre l'excellence dès leur premier numéro d'opus (Schumann, Berg, Webern...). Mais le concerto tel que nous le connaissons aujourd'hui est la version révisée de 1917 ; il subsiste que l'essentiel de l'inspiration était déjà là.

Création[modifier | modifier le code]

Le premier mouvement fut créé le 17 mars 1892 au Conservatoire de Moscou, avec le compositeur au piano et Vasily Safonov à la baguette. C'est peut-être la seule représentation qu'en a donné Rachmaninov dans sa version originale, alors que Siloti, à qui l'oeuvre est dédiée, l'a programmé à plusieurs occasions.

Révision[modifier | modifier le code]

Le public était déjà familier des second et troisième concertos avant que Rachmaninov ne révise le Premier en 1917 ; les différences entre les deux versions montrent que la texture de l'orchestre est moins complexe, l'écriture pianistique plus simple.

De toutes les révisions que fit Rachmaninov, c'est peut-être celle qui eut le plus de succès. En utilisant ses nouvelles connaissances de l'harmonie, de l'orchestration et de la technique du piano, il transforma une « composition immature en une oeuvre spirituelle »[1]. Néanmoins, il fut déçu qu'elle ne soit pas plus acclamée qu'auparavant. Il dit à Albert Swan : « J'ai réécrit mon premier concerto; il est maintenant bon. Toute la fraîcheur de la jeunesse est là, et maintenant il se joue plus facilement. Et personne n'y prête attention. Quand je dis en Amérique que je vais jouer le premier concerto, ils ne protestent pas, mais je peux voir à leurs têtes qu'ils préféreraient le deuxième ou le troisième concerto »[2].

Analyse de l'oeuvre[modifier | modifier le code]

Fichiers audio
Concerto pour piano nº 1, 1er mouvement
Concerto pour piano nº 1, 2e mouvement
Concerto pour piano nº 1, 3e mouvement
Des difficultés à utiliser ces médias ? Des difficultés à utiliser ces médias ?

Les étudiants en composition étaient conseillés de baser leurs efforts sur un modèle spécifique. Dans le cas de Rachmaninov, il s'agit du Concerto de Grieg, et pour cause : Siloti le travailla dans la maison de famille en 1890 pour de futurs concerts (rappelons que Siloti n'est autre que son cousin germain).

Vivace[modifier | modifier le code]

Ce mouvement est très brillant, avec des passages grandioses contrastés par des mélodies très expressives. Dans cette œuvre de jeunesse, que l'on peut qualifier d'académique, on sent la tradition russe du concerto en tant qu'œuvre virtuose, mettant en avant le piano par rapport à l'orchestre. Il débute par une introduction du piano et de l'orchestre très pathétique. Le thème vient ensuite. Certains passages ont été popularisé en tant que générique de l'émission télévisée Apostrophes.

Andante cantabile[modifier | modifier le code]

Allegro vivace[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Norris, Rachmaninoff, 111.
  2. Swan, A.K. and J., "Rachmaninoff: Personal Reminiscences," The Musical quarterly, Vol. xxx (1944), 8