Concerto pour piano de Grieg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Concerto pour piano en la mineur (Klaverkonsert i a-moll), op. 16, d'Edvard Grieg est le seul concerto que Grieg ait achevé. C'est une de ses plus célèbres œuvres et l'un des plus grands concertos du répertoire pour piano.

Histoire et influences[modifier | modifier le code]

Le concerto fait partie des œuvres de jeunesse de Grieg, étant composé en 1868 (il a alors 25 ans) à Søllerød au Danemark, durant un de ces séjours où Grieg aime profiter du climat plus chaud de ce pays plus méridional que sa Norvège natale. Il est écrit pour piano solo, deux flûtes, deux hautbois, deux clarinettes, deux bassons, quatre cors, deux trompettes, trois trombones, timbales, violons, alti, violoncelles et contrebasses.

Trois mouvements le composent :

  1. Allegro molto moderato
  2. Adagio
  3. Allegro moderato molto e marcato

Il a pour thème l'amour fougueux, renfermant la double image de Nina H. Grieg et leur fille nouveau-né. À cette époque, Grieg passait ses journée en parcourant la campagne norvégienne. C'est dans cette atmosphère détendue qu'est né le concerto pour piano qui, dès sa première représentation, reçut un vif succès, et fut vivement applaudi des critiques Rubinstein, Gade et Hartmann. Le concerto de Grieg est souvent comparé à celui de Robert Schumann : c'est la même tonalité (la mineur) et les deux introductions commencent par le brio d'une descente en accords du piano. De manière plus générale, le style de Grieg est considéré comme étant proche de celui de Schumann plutôt que de n'importe quel autre compositeur. On sait qu'il a notamment entendu le Concerto pour piano de Schumann interprété par la veuve du compositeur, Clara, à Leipzig en 1858. En outre, c'est avec un ami du compositeur allemand, du nom d'Ernst Ferdinand Wenzel, que Grieg a appris le piano.

L'œuvre de Grieg montre également tout l'intérêt du compositeur pour la musique populaire norvégienne : l'ouverture virtuose du piano est basée sur le motif de la seconde descendante, suivie par une tierce descendante, structure typique de la musique populaire du pays de Grieg. Ce motif particulier intervient dans d'autres œuvres de Grieg, son Quatuor à cordes par exemple. Dans le dernier mouvement du concerto, des similitudes avec le springar (une danse norvégienne) et des imitations du violon de Hardanger (le violon populaire norvégien) peuvent être observées.

Grieg lui-même était un bon pianiste mais l'œuvre est créée par Edmund Neupert le à Copenhague. Grieg n'a pas pu y assister en raison d'engagements avec un orchestre à Christiania (l'actuelle Oslo). Parmi ceux qui assistèrent à la création se trouvaient le compositeur danois Niels Gade et le pianiste russe Anton Rubinstein. La création de l'œuvre en Norvège a lieu à Christiania le 7 août 1869, et la pièce est entendue plus tard en 1872 en Allemagne et en 1874 en Angleterre.

Le concerto est publié pour la première fois à Leipzig en 1872. Peu de temps avant sa mort, Grieg a révisé l'œuvre encore, supprimant la suggestion de Franz LisztRome 1870) de donner le second thème du premier mouvement aux trompettes plutôt qu'aux violoncelles.

En 1882-83, Grieg a travaillé sur un second concerto, en si mineur, mais il n'a jamais été achevé. En 1997, le compositeur belge Laurent Beeckmans s'est basé sur les esquisses existantes pour réaliser son Concerto pour piano en si mineur d'après les fragments d'un concerto inachevé d'Edvard Grieg, œuvre créée à Londres le 3 mai 2003.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • C'est sur ce concerto que la championne du monde de patinage artistique Miki Andō a exécuté son programme libre aux championnats du monde de 2011[1].
  • En 2004, on l'a entendu dans un spot commercial de la marque Nike.
  • Le premier mouvement est utilisé dans le film Lolita de Adrian Lyne en 1997.
  • Le premier mouvement a été repris, ca 1970, par le groupe américain « The Fencemen » dans un morceau de rock n'roll intitulé « Bach N'Roll ». [2]

Media[modifier | modifier le code]

Concerto en la mineur, 1er mouvement
Concerto en la mineur, 2me mouvement
Concerto en la mineur, 3me mouvement
Circle question mark.png
Des difficultés à utiliser ces médias?

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Céline Nony, « Miki Ando titrée », l'équipe.fr,‎ 30/04/2011 (consulté le 2 mai 2011)
  2. Disque 45t édité par Liberty, repris en France par Pathé ref C 006 - 90084

Liens externes[modifier | modifier le code]