Claude Berrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berrou.

Claude Berrou

Naissance 23 septembre 1951
Penmarc'h (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Champs Electronique Informatique
Diplôme ENSERG
Renommé pour Turbo code

Claude Berrou né le 23 septembre 1951 à Penmarc'h, est un chercheur français en électronique et informatique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Claure Berrou est né le 23 septembre 1951 dans le Finistère, à Penmarc'h. Il fait ses classes préparatoires au lycée Kerichen à Brest et obtient en 1975 un diplôme d'ingénieur de l'INP Grenoble (ENSERG). Il est ensuite recruté à Brest pour aider à mettre en place l'École Nationale Supérieure des Télécommunications de Bretagne (ENST Bretagne) qui deviendra plus tard Télécom Bretagne. Une école au sein de laquelle il enseigne depuis 1978 au sein du département d'électronique[2].

Il crée de nombreux cours d'électronique à Télécom Bretagne avant de mettre en place, en 1984, le laboratoire de conception de circuits intégrés dans l'école[2], un laboratoire centré sur l'interaction entre algorithme et silicium[3].

Inventions[modifier | modifier le code]

Dans les années 90, avec l'aide d'Alain Glavieux, il met au point la toute première classe quasi-optimale de codes correcteurs utilisant des codes convolutifs, les turbo codes, aujourd'hui très utilisés pour la téléphonie mobile (3G et 4G). Il a déposé plusieurs brevets sur ces systèmes, le premier remontant à 1990, brevet détenu en copropriété par France Telecom, TDF et l'Institut Télécom[4]. Les deux chercheurs, avec d'autres collègues de Télécom Bretagne, étendent également le principe turbo à des fonctions autres que le codage correcteur d'erreurs, en particulier l'égalisation[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Claude Berrou fait partie des dix scientifiques français les plus cités dans les sciences de l'information[6]. En 2003, il reçoit le Grand Prix France Télécom de l'Académie des sciences et la médaille Hamming[7]. Deux ans plus tard, lui est décerné le prix Marconi[8].

Le 11 décembre 2007, il est élu membre titulaire de l'Académie des sciences. En 2008, il est désigné Fellow IEEE et en 2010 membre émérite de la SEE[9]. En 2011, le conseil européen de la recherche lui alloue une bourse de 5 ans pour qu'il puisse travailler sur les liens entre théorie de l’information, codage distribué et cognition mentale[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]