Traité de New Echota

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Traité de New Echota a été signé à New Echota en Georgie le 29 décembre 1835 par des représentants du gouvernement des États-Unis et plusieurs membres de la faction Ridge de la nation Cherokee. Le traité a été promulgué le 23 mai 1836. La faction Ridge estimait que les Cherokee perdraient tôt ou tard leurs terres à l'est et que la déportation vers l'ouest était le seul moyen de préserver leur nation. Le traité prévoyait une indemnisation de 5 millions de dollars, la couverture des frais de déménagement et l'octroi de terres dans l'actuel Oklahoma en échange des terres à l'est du fleuve Mississippi.

Objections des Cherokee[modifier | modifier le code]

Juste après la publication du traité, les représentants officiels de la nation Cherokee ont émis des objections sur la validité du traité. Le chef Cherokee John Ross et l'assemblée de la communauté ont demandé au Sénat de ne pas ratifier le traité ce qui aurait entrainé son invalidation. Quoi qu'il en soit le traité a été voté par simple vote en mai 1836. Ross a alors pris l'initiative de faire signer une pétition demandant au Congrès de renoncer au traité. Il a remis lui-même la pétition au Congrès au printemps 1838 ; elle comportait plus de 15 000 signatures.

La déportation des Cherokee[modifier | modifier le code]

La pétition a été ignorée par le président Martin Van Buren, qui peu après a commandé au général Winfield Scott de déplacer par la force tous les Cherokee vers l'ouest, alors même que le traité autorisaient ceux qui le souhaitaient de rester à l'est. Cette action de Scott est connue sous le nom de la Piste des larmes. Plusieurs signataires du traité ont ensuite été assassinés dont Major Ridge, son fils John Ridge ainsi qu'Elias Boudinot. La nation Cherokee a connu 15 ans de guerre civile.

Lien externe[modifier | modifier le code]