Chlorophyllum rhacodes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lépiote déguenillée, Coulemelle rougissante

Chlorophyllum rhacodes

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Lépiote déguenillée en cours de croissance, dans une forêt à Havré (Belgique)

Classification selon MycoBank
Règne Fungi
Division Basidiomycota
Sous-division Agaricomycotina
Classe Agaricomycetes
Sous-classe Agaricomycetidae
Ordre Agaricales
Famille Agaricaceae
Genre Chlorophyllum

Nom binominal

Chlorophyllum rhacodes
(Vittad.) Vellinga 2002

Synonymes

  • Lepiota rachodes (Vittad.) Quél.
  • Macrolepiota rhacodes (Vittad.) Singer 1951

La Lépiote déguenillée ou Coulemelle rougissante, appelée Chlorophyllum rhacodes depuis 2002 (anciennement Lepiota rhacodes), est une espèce de champignons basidiomycètes de la famille des Agaricaceae, caractérisée par un chapeau couvert d'écailles laineuses et recourbées. Le genre Chlorophyllum est issu d'un des deux clades (tribus) de l'ancien genre Macrolepiota. Comme la plupart des macrolépiotes, cette espèce est comestible.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Suivant les auteurs et les régions francophones, on trouvera les noms vulgaires (vulgarisation scientifique) ou noms vernaculaires (langage courant) suivants :

Ne pas confondre ce champignon avec la Lépiote helvéolée, parfois aussi appelée Lépiote brune, mais nettement plus petite et qui est fortement toxique et même mortelle.

Description[modifier | modifier le code]

Chlorophyllum rhacodes

La lépiote déguenillée est un champignon avec un chapeau (8-18 cm) ovoïde à l'état jeune, s’aplanissant avec l’âge pour devenir légèrement bombé, de couleur gris beige à brun ocre, couvert d’écailles laineuses recourbées, avec des lames blanches très serrées et un long pied (10-20 × 1-1,5 cm) lisse et creux de couleur grise portant un anneau double, épais, coulissant, lisse et blanchâtre.

Sa chair est blanche, épaisse et tendre. Elle a une odeur agréable et une saveur douce. Tout le champignon se colore de rouge safran à la coupe ou à la flétrissure et ses lamelles se piquent de rouge en vieillissant. Il pousse aussi bien sur les sols des bois de feuillus que dans les bois de conifères, mais aussi dans les prairies situées à l’orée des bois, de la fin de l’été à l’automne.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

L'épithète spécifique rhacodes vient du grec ρακός, qui signifie guenille ou lambeaux.

La lépiote déguenillée était nommée scientifiquement Lepiota rhacodes ou Macrolepiota rhacodes, mais les analyses phylogénétiques[7] divisent le genre Macrolepiota en deux clades, et elle est dorénavant rattachée au genre Chlorophyllum, aux côtés de l'espèce proche Chlorophyllum molybdites[8].

Nom scientifique accepté[modifier | modifier le code]

  • Chlorophyllum rachodes (Vittad.) Vellinga, Mycotaxon 83 : 416 (2002)[9],[10]

Formes[modifier | modifier le code]

  • Lepiota rachodes (Vittad.) Quél., Mém. Soc. Émul. Montbéliard, Sér. 2 5: 70 (1872) f. rachodes[réf. souhaitée]

Variétés[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Agaricus rachodes Vittad., Descr. fung. mang. Italia: 158 (1835) var. rachodes
  • Lepiota rachodes (Vittad.) Quél., Mém. Soc. Émul. Montbéliard, Sér. 2 5: 70 (1872) var. rachodes
  • Macrolepiota venenata Bon, Docums Mycol. 9(no. 35): 13 (1979)
  • Macrolepiota rachodes var. venenata (Bon) Gminder, Die Großpilze Baden-Württembergs, 4. Ständerpilze: Blätterpilze II (Stuttgart): 443 (2003)
  • Chlorophyllum venenatum (Bon) C. Lange & Vellinga, Micobotánica-Jaén 3(4) (2008)

Sous espèces[modifier | modifier le code]

  • Lepiota rachodes (Vittad.) Quél., Mém. Soc. Émul. Montbéliard, Sér. 2 5: 70 (1872) subsp. rachodes [réf. souhaitée]

Basionyme et synonymes[modifier | modifier le code]

Selon MycoBank (1er juin 2013)[11] :

    • Agaricus procerus var. rhacodes (Vittad.) Rabenh., 1844
    • Agaricus rachodes Vittad., 1835
    • Agaricus rhacodes Vittad., 1835
    • Chlorophyllum rachodes (Vittad.) Vellinga, 2002
    • Lepiota procera var. rhacodes (Vittad.) Quél., 1886
    • Lepiota rachodes (Vittad.) Quél., 1872
    • Lepiota rhacodes (Vittad.) Quél., 1872
    • Lepiota rhacodes var. rhacodes
    • Lepiotophyllum rachodes (Vittad.) Locq., 1942
    • Lepiotophyllum rhacodes (Vittad.) Locq., 1942
    • Leucocoprinus rachodes (Vittad.) Pat., 1900
    • Leucocoprinus rhacodes (Vittad.) Pat., 1900
    • Macrolepiota rachodes (Vittad.) Singer, 1951
    • Macrolepiota rhacodes (Vittad.) Singer, 1951
    • Macrolepiota rhacodes var. rhacodes

Utilisation culinaire[modifier | modifier le code]

C'est un très bon champignon comestible, hormis son pied qui est fibreux et coriace. Connu en cuisine sous le simple nom de lépiote ou Coulemelle, il est associé à de nombreuses préparations[5],[12].

Il peut toutefois dans certains cas provoquer des troubles intestinaux (gastro-entérites) qui seraient dus à la présence d'une forte concentration de nitrates dans le substrat (comme les tas de fumier par exemple)[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  2. a et b Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  3. a et b Page 125 dans Gérard Houdou, Champignons de nos régions, éditions de Borée, 2005 ((ISBN 2844943187), 9782844943187)
  4. http://www.tachenon.com/Fiches/lepiote11.html
  5. a et b http://mycosmpm.fr/fichiers_html/comestibles_toxiques.htm
  6. a et b http://mycologia34.canalblog.com/archives/2010/08/31/18941403.html
  7. Vellinga, de Kok et Bruns, « Phylogeny and taxonomy of Macrolepiota (Agaricaceae) », Mycologia, vol. 95, no 3,‎ 2003, p. 442–456 (PMID 21156633, DOI 10.2307/3761886, JSTOR 3761886, lire en ligne)
  8. (en) Kuo, M. (2005, October), Chlorophyllum rhacodes sur MushroomExpert.Com
  9. Index Fungorum, consulté le 1er juin 2013
  10. Vellinga, de Kok et Bruns 2003, p. 442-456
  11. MycoBank, consulté le 1er juin 2013
  12. http://www.atlas-des-champignons.com/champignondirect.asp?ange=l%E9piote-d%E9guenill%E9e
  13. L'Atlas des champignons

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Régis Courtecuisse, Bernard Duhem: Guide des champignons de France et d'Europe (Delachaux & Niestlé, 1994-2000).
  • Marcel Bon: Champignons de France et d'Europe occidentale (Flammarion, 2004)
  • Dr Ewaldt Gerhardt: Guide Vigot des champignons (Vigot, 1999) - ISBN 2-7114-1413-2
  • Roger Phillips: Les champignons (Solar, 1981) - ISBN 2-263-00640-0
  • Thomas Laessoe, Anna Del Conte: L'Encyclopédie des champignons (Bordas, 1996) - ISBN 2-04-027177-5
  • Peter Jordan, Steven Wheeler: Larousse saveurs - Les champignons (Larousse, 1996) - ISBN 2-03-516003-0
  • G. Becker, Dr L. Giacomoni, J Nicot, S. Pautot, G. Redeuihl, G. Branchu, D. Hartog, A. Herubel, H. Marxmuller, U. Millot et C. Schaeffner: Le guide des champignons (Reader's Digest, 1982) - ISBN 2-7098-0031-4
  • Henri Romagnesi: Petit atlas des champignons (Bordas, 1970) - ISBN 2-04-007940-8
  • G. Becker, Dr L. Giacomoni, J Nicot, S. Pautot, G. Redeuihl, G. Branchu, D. Hartog, A. Herubel, H. Marxmuller, U. Millot et C. Schaeffner: Le guide des champignons (Reader's Digest, 1982) - ISBN 2-7098-0031-4
  • Henri Romagnesi: Petit atlas des champignons (Bordas, 1970) - ISBN 2-04-007940-8

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :