Château d'Havré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Château de Beaulieu (Havré).
Château d'Havré
Image illustrative de l'article Château d'Havré
Le château d'Havré en 1902
Début construction XIIIe siècle ?
Propriétaire initial Maison d'Enghien
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1936, no 53053-CLT-0104-01)
Coordonnées 50° 27′ 52″ N 4° 02′ 22″ E / 50.464337, 4.039353 ()50° 27′ 52″ Nord 4° 02′ 22″ Est / 50.464337, 4.039353 ()  
Pays Drapeau de la Belgique Belgique

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Château d'Havré
Le château d'Havré en hiver.

Situé en Belgique, au nord-est de la ville de Mons, dans l’ancienne commune d'Havré, le château d’Havré est d’origine très ancienne. En effet, même si son emplacement actuel n’est attesté qu’à partir de 1226, son emplacement stratégique bordé par la Haine et bien protégé par des marais était déjà connu depuis le XIe siècle par les comtes de Flandre et de Hainaut.

En 1255, Ida de Mons se marie avec Englebert d’Enghien et ce sont les descendants de cette dernière famille qui seront les propriétaires du château jusqu’en 1423. Gérard d’Enghien le cédera ainsi que ses terres à Christophe de Harcourt. Il passa ensuite par mariage sous le contrôle des familles de Dunan, de Longueville et de Croÿ.

En 1518, le général Philippe II de Croÿ, illustre chef militaire de Charles Quint, devient propriétaire du château et est élevé peu de temps après à la charge de grand bailli du comté de Hainaut. Son fils, Charles-Philippe (1er septembre 1549 - Bruxelles25 novembre 1613 - en Bourgogne), qui fut élevé au titre de chevalier de l’Escurial, est connu pour son inconstance politique, mais aussi et surtout parce qu’après avoir été blessé d’un coup d’arquebuse, il fut soigné au château par Ambroise Paré, le célèbre chirurgien de Charles IX.

En 1578, le château connut des périodes plus agitées lors des sièges que menèrent successivement contre lui les armées de don Juan et du duc d’Anjou et qu’il traversa sans grand dommage. Malheureusement en 1579 un incendie allait complètement le ravager et ne lui laisser que ses murs.

Au XVIIe siècle, c’est Charles-Alexandre, duc de Croÿ, marquis d'Havré, qui allait restaurer le château et en faire un des magnifiques châteaux de plaisance de Belgique où de nombreuses têtes couronnées et des artistes illustres de l’époque aimaient séjourner.

Le château d'Havré.

Le château ne connut ces fastes que sur une période de moins d’un siècle. En effet, peu de temps après l’invasion française de 1792, il fut rapidement vendu comme bien national. Malgré son rachat en 1807 par la famille de Croÿ, il fut peu à peu délaissé par celle-ci.

L’ouverture d’un charbonnage, le creusement de galeries, l’empressement de certains passionnés à collectionner ses éléments architecturaux, mais aussi l’abandon dans lequel il fut laissé au début du XXe siècle aboutirent à l'éboulement de 1930 qui le transforma en ruines.

De nos jours, des bénévoles tentent de sauvegarder le site; des mariages et évènements y sont organisés.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Pièces concernant la prise du château d’Havré », dans : Annales du Cercle archéologique de Mons, t. 10, 1871, p. 332-350.
  • M. Devallée, « Le château d’Havré », dans : Annales des Travaux Publics de Belgique, 74e année, 2e série, t. XXII, 1er fascicule, février 1921, p. 117-128.
  • É. Poumon, Havré (Hainaut), s.l., [1947].
  • Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 4, Province de Hainaut. Arrondissement de Mons, Liège, 1975, p. 177-178.
  • O. Berckmans, « Havré », dans : L. F. Génicot (dir.), Châteaux forts et châteaux-fermes, Bruxelles, 1975, p. 140-141.
  • O. Berckmans, « Le Château d’Havré. Guide historique et archéologique avec études et plans de la tour des Gardes (sud-ouest) », dans : a.s.b.l. « Les Amis du Château des Ducs d’Havré », s.l., 1987.
  • O. Berckmans, « Le Château d’Havré. La tour d’Enghien vers 1925 », dans : a.s.b.l. Les Amis du Château des Ducs d’Havré, s.l., 2002.
  • E. Puissant, « [Rapport sur le château d’Havré] », dans : Bulletin des Commissions royales d’Art et d’Archéologie, LXe année, janvier-juin 1921, p. 300.
  • G. Lemaigre, « Châteaux disparus : Château d’Havré », dans : Maisons d’Hier et d’aujourd’hui, n° 28, décembre 1975, p. 58-61.
  • M. Henrion, « Le château d’Havré (I) », dans : Demeures Historiques et Jardins n° 174, juin 2012, p. 27-30.
  • M. Henrion, « Le château d’Havré (II) », dans : Demeures Historiques et Jardins n° 175, septembre 2012, p. 8-11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Châteaux forts de Belgique : Château d'Havré