Caroline Schelling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schelling.
Caroline Schelling par Tischbein (1798)

Caroline Schelling, née Caroline Michaelis le 2 septembre 1763 à Göttingen et morte le 7 septembre 1809 à Maulbronn, est une femme de lettres et salonnière allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de l’orientaliste Johann David Michaelis, elle épouse en 1784 Johann Franz Wilhelm Böhmer (1753–1788), cousin de Georg Wilhelm Böhmer. Le couple a deux enfants : Auguste (Gustel) né le 28 avril 1785 et Therese (Röschen), née le 23 avril 1787.

Après la mort de son époux, elle retourne à Göttingen où elle se lie d’amitié avec le poète Gottfried August Burger et le critique August Wilhelm Schlegel[1]. En 1791, elle s’installe à Mayence où elle se joint aux jacobins allemands (dont fait partie Georg Forster)[2].

Au cours de cette période, elle tombe enceinte du lieutenant Jean-Baptiste Dubois-Crancé, neveu du général François-Ignace Ervoil d'Oyré qui était stationné à Mayence au début de 1793[3].

Elle épouse August Wilhelm Schlegel à Iéna en 1796. Au centre de la vie intellectuelle de l’époque, elle débat avec des poètes et des philosophes tels que Novalis, Fichte, Hegel, Schiller et Schelling. Caroline et August Wilhelm divorcent en 1803 et elle épouse l’ami de Schlegel Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Ernst Behler, Friedrich Schlegel, Reinbek bei Hamburg, 1966, p. 20.
  2. Ernst Behler, op. cit., p. 27.
  3. (de) Friedrich Schleiermacher, Kritische Gesamtausgabe, De Gruyter, 1992, p. XCVIII.