Burgred de Mercie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monnaie de Burgred.

Burgred est roi de Mercie de 852 à 874. Sous son règne, les attaques des Vikings se font de plus en plus importantes, ce qui l'incite à nouer alliance avec son voisin du sud, Æthelwulf de Wessex. Cela ne suffit pas à sauver son trône : il est déposé par les envahisseurs en 874 et part finir sa vie à Rome.

Origines[modifier | modifier le code]

L'ascendance de Burgred est inconnue, mais son nom suggère un lien de parenté avec les précédents rois dont le nom commençait par un B : Beornwulf (821-823) et Beorhtwulf (839-852)[1].

Règne[modifier | modifier le code]

Burgred monte sur le trône dans un contexte difficile, marqué par les offensives des Vikings. Son prédécesseur Beorhtwulf a été mis en déroute par les envahisseurs en 851 à Londres. Ces derniers sont vaincus par Æthelwulf de Wessex et ses fils, mais leur attaque semble avoir porté un coup sévère aux royaumes anglo-saxons[2].

Dès 853, Burgred fait appel à Æthelwulf pour une campagne contre les Gallois. L'année suivante, il épouse Æthelswith, la fille d'Æthelwulf. Son épouse joue dès lors un rôle important dans les affaires du royaume, apparaissant comme témoin sur la plupart des chartes royales[3]. Le Berkshire, région longtemps disputée entre les deux royaumes, passe sous le contrôle du Wessex, bien que son ealdorman mercien reste en place[4]. Les deux souverains harmonisent également leurs émissions monétaires[5].

Déposition et mort[modifier | modifier le code]

En 874, Burgred est chassé de son royaume par les Danois de la Grande Armée, qui marchent sur Repton. Il part en pèlerinage à Rome, où il meurt peu après son arrivée. Il est inhumé en l'église Santa Maria in Saxia[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yorke 2003, p. 119.
  2. Kirby 2000, p. 172.
  3. a et b Kelly 2004.
  4. Yorke 2003, p. 122.
  5. Williams 2001, p. 225.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) S. E. Kelly, « Burgred (d. 874?) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ 2004 (lire en ligne).
  • (en) D. P. Kirby, The Earliest English Kings, Routledge,‎ 2000 (1re éd. 1991) (ISBN 0-415-24211-8).
  • (en) Gareth Williams, « Mercian Coinage and Authority », dans Michelle P. Brown et Carol Ann Farr, Mercia, an Anglo-Saxon Kingdom in Europe, Leicester University Press,‎ 2001 (ISBN 0-8264-7765-8).
  • (en) Barbara Yorke, Kings and Kingdoms of Early Anglo-Saxon England, Seaby,‎ 2003 (1re éd. 1990) (ISBN 0-203-44730-1).