Boson l'Ancien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Boson l'Ancien (c.800 - av.855) est le fondateur du lignage des Bosonides, dynastie de la noblesse franque ainsi nommée parce que plusieurs de ses membres se prénomment Boson. Les Bosonides constituent la première maison de Bourgogne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Boson l’Ancien, aussi connu comme Boson de Bourgogne ou Boson le Vieux, est comte de Valois (829,840 – 855), de Bourgogne, d’Arles et comte en Italie. Il serait né vers l'an 800, mais on ne connait pas ses parents même si certains en font le fils d’un Théodebald de Bourgogne d'Antibes dit le Vieux.

René Poupardin pense qu'il s'agit du comte italien de même nom, qui en 826 reçoit de Louis le Pieux des biens situés à Bielle dans le comté de Verceil[1]. L'année suivante, Boson intervient comme missus dans un plaid à Turin concernant les moines de l'abbaye de la Novalaise[2].

Selon la FMG ou Pierre Riché, Boson meurt respectivement avant 855 ou cette année-là, car à cette date sa fille Teutberge est passée sous la tutelle de son frère Hucbert[2].

Généalogie[modifier | modifier le code]

La Foundation for Medieval Genealogy (FMG) précise que le nom de sa femme est lui aussi inconnu[3], mais on trouve parfois cité celui d’Engeltrude[4]. Quoi qu'il en soit Boson se serait marié vers 825 et les historiens s'accordent sur trois de ses enfants :

  • Boson (820/25 - 874/78) qui pourrait être le Boson mari d’Engiltrudis, fille de Matfried, comte d'Orléans ; il fit partie de l'entourage de Louis II d'Italie[5] et il aurait été « comte en Italie »[4]. René Poupardin ajoute que Boson aurait eu des « infortunes conjugales qui préoccupèrent pendant une dizaine d'année les papes et les conciles[2] ».
  • Hucbert (c. 830 - tué à la bataille de l’Orbe en 864 / 866), comte de Bourgogne Transjurane et abbé laïc de Saint-Maurice en Valais.
  • Teutberga (c.835 – 862 ? /av. 875), épouse de Lothaire II.
  • une autre fille que René Poupardin nomme Richilde[2], probablement à tort, qui épouse Bivin, fils du comte d’Amiens Richard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Poupardin - Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933) - p.46,47
  2. a, b, c et d René Poupardin - Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933) - p.47
  3. Foundation for Medieval Genealogy, BOSO COMTE d'ARLES
  4. a et b Pierre Riché - Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe - Tableau généalogique XII, les Bosonides
  5. Pierre Riché - Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe - p.203

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]