Bivin de Vienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bivin de Vienne ou Beuves, Buwin, Bouvin, Bouin, Brouin, Warin, Guérin, (c.822 - 865/869), plus connu sous le nom de Bivin de Gorze, est un personnage énigmatique, comte d'Ardennes, abbé laïc de Gorze et peut-être comte de Metz (842-864). Il constitue avec ses descendants une famille de la noblesse franque appelée les Bivinides.

Origine[modifier | modifier le code]

En 1901, René Poupardin dit en ignorer la filiation, mais le dit marié à une fille de Boson l'Ancien[1].

Depuis, des hypothèses ont été émises pour déterminer son origine.

Certains ont rapproché le prénom de Boson, porté par un fils et un petit-fils de Boson à la famille de Boson l'Ancien, comte d'Arles, également père d'un autre Boson comte en Italie. Cette proposition est reprise entre autres par l'historien Pierre Riché[2] :

 
 
 
 
 
 
 
 
Boson l'Ancien
comte d'Arles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bivin
abbé de Gorze
 
 
Teutberge
ép. Lothaire II
 
Boson
comte en Italie
 
Hucbert
duc de Transjurane
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Boson
roi en Provence
 
Richard le Justicier
duc de Bourgogne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Raoul
roi de France
 
Hugues le Noir
duc de Bourgogne
 
Boson
comte
Première hypothèse, aujourd'hui abandonnée


Mais cette reconstitution est en contradiction avec les Annales de Saint-Bertin, qui indique que la reine Teutberge est la tante maternelle de Boson[3]. Il en ressort que Bivin ne peut pas être frère de Teutberge, mais marié à une des sœurs de cette dernière.

Deux autres documents permettent d'envisager une autre piste pour l'origine de Bivin :

  • un diplôme de l'empereur Lothaire Ier confirme en 842 une donation faite par Richard, comte et ostiaire de Louis le Pieux à la demande des exécuteurs testamentaires dont son frère Bivin.
  • l'historien Richer, parlant de Charles Constantin, comte de Vienne et arrière petit-fils de Bivin, le dit de famille royale, mais entachée de bâtardise au niveau de son tritavus, c'est-à-dire son ancêtre à la sixième génération.

À partir de ces données, Christian Settipani propose la reconstitution suivante[4],[5],[6] :

  1. il considère que la famille royale dont Charles Constantin est membre est la famille carolingienne, et que le terme de « famille » concerne dans ce contexte exclusivement la ligné masculine.
  2. il considère que, chronologiquement, le tritavus est un fils bâtard de Charles Martel.
  3. les seuls fils bâtards connus de Charles Martel sont Remi, évêque de Rouen, qui n'a pas eu de descendance, et le comte Jérôme. Pour Settipani, le tritavus de Charles Constantin est le comte Jérôme.
  4. Les prénoms de Richard, porté par un frère et un fils de Bivin, sont peu fréquents au VIIIe siècle et la seconde épouse du comte Jérôme est une princesse gothe. Il rapproche le prénom de Richard avec celui de Reccared porté par deux rois des Wisigoths (Reccared Ier et Reccared II) et identifie les générations intermédiaires avec les quelques Richard connus.

Ce raisonnement donne le tableau suivant :

Rotrude
 
Charles Martel
maire du palais
 
concubine
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pépin le Bref
roi des Francs
 
Jérôme
comte
 
Erscheswinda
princesse gothe
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N
 <= ? => 
Richard
comte de Rouen
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N
 <= ? => 
Richard
comte d'Amiens
 
 
 
 
 
Boson l'Ancien
comte d'Arles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Richard
comte et ostiaire
 
Bivin
abbé de Gorze
 
Ne
 
Teutberge
ép. Lothaire II
 
Boson
comte en Italie
 
Hucbert
duc de Transjurane
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Boson
roi en Provence
 
 
 
 
 
Richard le Justicier
duc de Bourgogne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis III l'Aveugle
roi d'Italie
 
Raoul
roi de France
 
Hugues le Noir
duc de Bourgogne
 
Boson
comte
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles Constantin
comte de Vienne
 
 
 
Hypothèse de Christian Settipani

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

D'après René Poupardin il est nommé abbé laïc de Gorze par Lothaire II, entre le 28 septembre 855 et le 8 juillet 856[7]. En 857, il apparaît dans deux chartes avec le titre de « comte et abbé de Gorze »[7]. Mais ayant semble-t-il laissé péricliter cette abbaye et toléré le relâchement de la discipline, il doit la céder en 863, à l'initiative de l'archevêque de Metz Advence, à un clerc du nom de Betton[8]. Cette charte est la dernière que l'on possède sur lui.

Certains indiquent qu'il est encore en vie en 865 et d'après l'évêque Hincmar de Reims, son contemporain, il était décédé en 869[9]. Bivin serait donc mort entre 865 et 869.

Descendance[modifier | modifier le code]

Certains historiens, comme Pierre Riché[10], s'accordent à en faire le père de :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), tableau « La famille de Boson », p. 40.
  2. Pierre Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Paris, Hachette, coll. « Pluriel »,‎ 1983 (réimpr. 1997), 490 p. (ISBN 2-01-278851-3), Tableau généalogique XII, les Bosonides.
  3. « Charles ayant appris certainement dans sa maison de Douzy, le 9 octobre, que sa femme Ermentrude était morte le 6 octobre, dans le monastère de Saint-Denis où elle fut ensevelie, envoya aussitôt Boson, fils du feu comte Bouin, en message vers sa mère et sa tante maternelle Teutberge, veuve du roi Lothaire » (Annales de Saint-Bertin, 869)
  4. Christian Settipani, La Préhistoire des Capétiens (Nouvelle histoire généalogique de l'auguste maison de France, vol. 1), éd. Patrick van Kerrebrouck,‎ 1993 (ISBN 2-9501509-3-4), p. 363-366.
  5. Généalogie de Bivin sur le site Medieval Lands
  6. Généalogie de Richard comte d'amiens sur le site Medieval Lands
  7. a et b René Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), p. 43
  8. René Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), p. 43,44
  9. René Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), p. 44
  10. Pierre Riché, op. cit.
  11. Généalogie de Richard le Justicier sur le site Medieval Lands

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), Laffitte reprints, Marseille, 1974, réimpression de l'édition de Paris, 1901.
  • Pierre Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Hachette Littérature (édition 1997) - (ISBN 2012788513).