Beavis et Butt-Head se font l'Amérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Beavis et Butt-Head se font l'Amérique

Titre québécois Beavis et Butt-Head se font l'Amérique
Titre original Beavis and Butt-Head Do America
Réalisation Mike Judge
Scénario Mike Judge
Joe Stillman
Sociétés de production Paramount Pictures
MTV Productions
Geffen Pictures
Viacom International
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film d'animation
Sortie 1996
Durée 81 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Beavis et Butt-Head se font l'Amérique (Beavis and Butt-Head Do America) est un film américain réalisé par Mike Judge sorti en 1996.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mike Judge ouvre les portes du septième art à ses deux affreux jojos, qui sévissent sur les écrans de TV depuis 1993. Beavis, le blond, et Butt-Head, le brun, sont deux adolescents puceaux qui s'expriment par borborygmes et ricanements agressifs à la libido galopante dont l'obsession dominante est de séduire enfin une première fille. Dans cette histoire, l'occasion va se présenter, mais s'ils vont connaître des aventures rocambolesques, devenir des héros de l'Amérique, être décorés par le Président, ils resteront toujours puceaux.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Voxographie[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Ce film est l'adaptation en long-métrage des aventures des deux ados les plus crétins d'Amérique. À la recherche de leur télé volée, les deux garçons se trouvent embarqués dans une histoire de règlement de comptes et de virus ultra puissant. Le scénario est digne d'un mauvais film catastrophe et finalement n'a que peu d'intérêt, il sert surtout à justifier les pérégrinations de Beavis et Butt-Head à travers les États-Unis. Les deux sèment la panique, mobilisent toute la police du pays sans s'en rendre compte. Le film est une féroce critique du système de défense américain, de sa paranoïa, de ses dérives : avec par exemple les fouilles au corps systématiques ("et profondément!") de l'agent Hurly, la brutalité des agents qui tabassent tout le monde pour un rien. Les pouvoirs politiques sont également visés, en montrant notamment des sénateurs riant aux blagues salaces des héros.

La télévision est aussi égratignée : l'histoire commence par le vol du poste des deux garçons. Sa disparition est le seul moyen de les faire sortir de leur apathie. Tout au long de leur voyage, ils semblent être complèment déconnectés de la réalité, ressentant toutes leurs péripéties à travers des références télévisuelles.

Lien externe[modifier | modifier le code]