Bataille d'Amba Alagi (1941)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille d'Amba Alagi.

La bataille d'Amba Alagi est une bataille de la campagne d'Afrique de l'Est durant la Seconde Guerre mondiale. La bataille eut lieu du 3 au 19 mai 1941 sur la montagne d'Amba Alagi, sur laquelle se sont retranchés 7 000 soldats italiens, commandés par le duc d'Aoste. Ils sont attaqués par les troupes du Royaume-Uni, composées d'unités britanniques, indiennes et sud-africaines, appuyées par des contingents éthiopiens et sont contraints de capituler après des combats très violents.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après la bataille de Keren, la 5e division indienne se dirige ensuite vers la capitale Asmara, à 80 kilomètres à l'est de Keren[1], tandis que la 4e division indienne reste à Keren quelques jours et retourne en Égypte début avril[2]. Asmara est déclarée ville ouverte et les troupes britanniques s'en emparent le 1er avril[1]. Trois jours plus tard, la 10e brigade indienne se dirige vers Massaoua située à une centaine de kilomètres d'Asmara, sur la côte[3]. Les Italiens disposent de 10 000 hommes[3], de tanks et de véhicules blindés pour défendre Massaoua, un objectif portuaire stratégique[4],[5]. Après quelques affrontements initiaux, la résistance s'effondre et les unités indiennes et la Brigade française d'Orient prennent Massoua le 8 avril[3]. La 5e division indienne poursuit son offensive vers le sud en Éthiopie[6], tandis que des troupes venues du Kenya s'emparent d'Addis-Abeba le 6 avril[7].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Des troupes italiennes sous le commandement des généraux Nasi et Gazzera poursuivent la lutte après la bataille d'Amba Alagi, respectivement au nord-ouest et sud-ouest de l'Éthiopie[8]. Le dernier affrontement d'importance se produit à Gondar et débouche sur la reddition du général Nasi le 27 novembre[8]. Quelques troupes italiennes mèneront une guerre de guérilla dans les déserts érythréens et les forêts éthiopiennes jusqu'à la reddition du gouvernement italien aux Alliés en septembre 1943[9],[10].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brett-James, Anthony, Ball of fire - The Fifth Indian Division in the Second World War, Chp. 6
  2. Wavell, Archibald, Official despatch: Operations in East Africa November 1940 - July 1941, p. 3545.
  3. a, b et c Brett-James, Anthony, Ball of fire - The Fifth Indian Division in the Second World War, Chp. 7
  4. Entretien de Pierre Messmer avec Alain Leterrier, Paul-Alain Prigent et Mohamed Abdelmajid, réalisé à Paris le 9 octobre 1997 sur lesnouvelles.org
  5. Compton Mackenzie, Eastern Epic, p. 66.
  6. Brett-James, Anthony, Ball of fire - The Fifth Indian Division in the Second World War, Chp. 8
  7. Wavell, Archibald, Official despatch: Operations in East Africa November 1940 - July 1941, p. 3530.
  8. a et b Philip S. Jowett, Stephen Andrew, The Italian Army 1940-45 (2): Africa 1940-43, p. 7.
  9. (it) Enrico Cernuschi, La resistenza sconosciuta in Africa Orientale Rivista Storica, décembre 1994.
  10. (it) Alberto Rosselli. Storie Segrete. Operazioni sconosciute o dimenticate della seconda guerra mondiale. Iuculano Editore. Pavia, 2007

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ian V. Hogg, Dictionary of battles, Brockhampton Press, Londres, 1997 (ISBN 1860195792)