António Mascarenhas Monteiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
António Mascarenhas Monteiro
António Mascarenhas Monteiro (à gauche) en 2005
António Mascarenhas Monteiro (à gauche) en 2005
Fonctions
2e président de la République du Cap-Vert
22 mars 199122 mars 2001
(10 ans)
Élection 17 février 1991
Réélection 18 février 1996
Premier ministre Carlos Veiga
António Gualberto do Rosário
Prédécesseur Aristides Pereira
Successeur Pedro Pires
Biographie
Nom de naissance António Manuel Mascarenhas Gomes Monteiro
Date de naissance 16 février 1944 (70 ans)
Lieu de naissance Santa Catarina (Cap-Vert portugais)
Parti politique Mouvement pour la démocratie

António Mascarenhas Monteiro António Mascarenhas Monteiro
Présidents de la République du Cap-Vert

António Mascarenhas Monteiro, né le 16 février 1944 à Santa Catarina (Santiago), est un homme politique cap-verdien qui fut président de la République du Cap-Vert du 22 mars 1991 au 22 mars 2001.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après sa scolarité, Monteiro part pour la Belgique, à l'université catholique de Louvain pour y faire des études de droit. Entre 1977 et 1980, il est secrétaire général de l'Assemblée nationale. En 1980, il est nommé président de la Haute-cour de Justice du Cap-Vert.

Après l'introduction du multipartisme en 1990, Monteiro annonce sa candidature pour la présidence. Le 17 février 1991, il est élu avec le soutien du mouvement pour la démocratie (MpD) avec une majorité écrasante (73,3 %)[1]. Il commence son mandant le 22 mars 1991. Après deux mandants, Monteiro quitte la présidence au profit de Pedro Pires et sert son pays comme ministre des Affaires étrangères.

Le 20 septembre 2006, Monteiro accepte sa nomination au poste d'envoyé exceptionnel au Timor oriental proposée par le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan. Il doit prendre la direction de la MINUT des mains de Sukehiro Hasegawa dont le mandat arrivait à sa fin. Toutefois, le 25 septembre, Monteiro refuse le poste en arguant que certains partis locaux ont des doutes sur son intégrité.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Elections in Cape Verde », sur africanelections.tripod.com,‎ 14 septembre 2011 (consulté le 12 janvier 2013)