Anime music video

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AMV.

Un anime music video (terme anglais signifiant « vidéoclip d’anime » et abrégé AMV) est une œuvre vidéo réalisée à partir d'extraits d’anime (et, dans une moindre mesure, de dessin animé au sens large ou de jeu vidéo). La bande son d'un AMV est généralement une musique sans rapport avec le monde de l'animation. La partie vidéo est composée de séquences extraites d'une ou plusieurs œuvres animées et montées en synchronisation avec la musique afin de produire l'équivalent d'un vidéoclip classique. La création d'AMV (AMV-making dans le jargon) est l'art de combiner l'animation et la musique.

La durée d'un AMV est le plus souvent comprise entre 2 et 7 minutes, soit la durée classique d'une piste musicale.

La création d'AMV est une discipline pratiquée principalement en Amérique du Nord, en Europe et en Russie[1]. Les Japonais s'adonnent à une pratique similaire, les MAD, dont l'esprit est cependant plus parodique et la définition plus large, les MAD n'étant pas nécessairement liés aux anime.

Réalisation[modifier | modifier le code]

Si les premiers AMV étaient réalisés par montage vidéo analogique, généralement à l'aide de plusieurs magnétoscopes, ils sont aujourd'hui tous réalisés sur ordinateur avec des logiciels de montage vidéo. Les procédés décrits ci-dessous s'appliquent à ce dernier cas.

La réalisation d'un AMV est une tâche à la fois technique et artistique. On peut la décomposer chronologiquement comme suit :

  1. Naissance de l'idée :
    • concept général, idée originale,
    • choix de la musique (ou plus rarement des musiques),
    • choix du ou des dessins animés.
  2. Préparation et sélection des sources :
    • acquisition de la musique sur le disque dur,
    • éventuellement, analyse préalable de la musique (rythme, temps forts, instruments...),
    • présélection de passages vidéo intéressants et nettoyage éventuel des sources afin de retirer les sous-titres, les logos, etc.
    • acquisition de la vidéo sur le disque dur : soit directement à partir de DVD (dans ce cas-là, il faut le « ripper », c'est-à-dire le déchiffrer et le copier sur disque dur), soit par numérisation à l'aide d'une carte d'acquisition vidéo, soit sous la forme de fansub ou de raw[2].
  3. Réalisation et montage :
    • découpage et montage (pouvant introduire des effets vidéo plus ou moins complexes). :)
    • éventuellement, préparation d'effets spéciaux (rotoscopie, dessins additionnels, retouche d'image, etc.),
  1. Encodage :
    • compression vidéo pour obtenir le meilleur compromis possible entre la taille du fichier et sa qualité.
  2. Distribution :
    • mise à disposition de l'œuvre au public (transfert sur un serveur informatique), inscription de l'AMV sur les sites Web spécialisés, publicité sur les forums.

Outils[modifier | modifier le code]

Parmi les outils logiciels les plus utilisés par les créateurs d'AMV, on trouve notamment Premiere, After Effects, VirtualDub, AviSynth, Sony Vegas, Final Cut Pro, Windows Movie Maker, Camtasia Studio 8.

Catégorisation[modifier | modifier le code]

Si la plupart des AMV sont réalisés par une seule personne, certains sont dits collaboratifs ou projets multi-créateurs (MEP pour multi-editor project). Dans ce cas, une équipe se met en place pour réaliser une œuvre de plus grande envergure, que ce soit par sa durée ou sa complexité.

En marge du genre, on remarque en particulier les AMV de type bande-annonce qui utilisent comme bande-son celle d'une bande-annonce de film (il faut alors synchroniser les bruitages), et les AMV de type jeu vidéo qui utilisent des images issues de séquences cinématiques tirées de jeux vidéo, voire directement les images des jeux (on parle alors souvent de GMV, game music video).

Concours[modifier | modifier le code]

De nombreux concours de création d'AMV sont organisés chaque année, généralement à l'occasion de conventions liées à la culture japonaise. Certains sites Internet de communautés de créateurs d'AMV organisent aussi leurs propres concours.

Outre les concours « classiques » (où l'œuvre est à rendre avant une date limite, avec ou sans contraintes, avec ou sans obligation d'exclusivité, selon les concours), on peut mentionner les concours de type « Iron Chef » (où un petit nombre de créateurs doivent chacun créer en vingt-quatre heures un AMV sur une ou des musiques imposées) ainsi que les tournois (dont les participants sont éliminés par matchs successifs). Des jurys sont constitués afin d'évaluer les œuvres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • AMV-France : association française de créateurs et amateurs d'AMV ;
  • (en) AnimeMusicVideos.org : site de référence. Comprend la plus grande base de données d'AMV ;
  • (ru) Akross : site russe de référence, organisant également des concours ;
  • (ru) AMVNews : site russe de référence, organisant également des concours ;
  • (fr) KetsuRyu : site diffusant des AMV ;
  • (pl) Polish AMV-Makers Community : site polonais dédié à l'apprentissage des AMV ;
  • (fr) Top AMV : Site de référencement d'amv classés par anime ;
  • (fr) Eria Team : Team d'AMV francophone

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur les années 2004 à 2007, les lauréats du concours Viewers Choice Awards organisé annuellement par le site AnimeMusicVideos.org viennent principalement des États-Unis, du Canada, de France, du Royaume-Uni et de Russie (données disponibles sur le site). Un biais est introduit par le fait qu'il s'agit d'un site américain et en langue anglaise uniquement. On note cependant une forte présence internationale parmi les membres du site. Il n'est malgré tout pas à exclure que, dans certains pays, des individus pratiquent la discipline sans s'être constitués en communautés et sans avoir pris contact avec les regroupements occidentaux, ni que ces créateurs ignorent le terme « anime music video ».
  2. Raw est un terme anglais qui signifie littéralement « brut ». Dans le milieu du fansub, il désigne la vidéo originale capturée mais non sous-titrée, avec une qualité d'image souvent élevée.