Andries de Graeff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Graeff.
Andries de Graeff
Andries de Graeff peint par Rembrandt
Andries de Graeff peint par Rembrandt
Biographie
Dynastie Maison de Graeff
Date de naissance 19 février 1611
Lieu de naissance Amsterdam, Provinces-Unies
Date de décès 30 novembre 1678
Lieu de décès Amsterdam
Père Jacob Dircksz de Graeff
Mère Aaltje Boelens Loen
Conjoint Elisabeth Bicker van Swieten
Enfant(s) Cornelis, Alida et Arnoldina (Aertje) de Graeff

Andries de Graeff

Andries de Graeff, né le 19 février 1611 à Amsterdam et mort le 30 novembre 1678, fut un important bourgmestre et régent d'Amsterdam pendant le siècle d'or néerlandais[1]. Une des clés de la réussite politique de Andries de Graeff réside dans son étroite collaboration avec son frère Cornelis de Graeff, également bourgmestre d'Amsterdam[2]. Du fait de la puissance d'Amsterdam, Andries de Graeff a été l'une des personnes les plus influentes des Provinces-Unies pendant la première période sans stathoudérat (1650-1672)[1], en collaboration étroite leur neveu Johan de Witt, grand-pensionnaire de Hollande[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1611 au sein des De Graeff, famille régente d'Amsterdam, il est le fils de Jacob Dircksz de Graeff, bourgmestre d'Amsterdam et membre de la Nederlands Hervormde kerk (« Église Réformée néerlandaise »), et d'Aaltje Boelens Loen. Andries de Graeff est l'un des plus importants représentants de la bourgeoisie hollandaise dans le gouvernement de la république des Provinces-Unies, dont il est l'un des dirigeants de fait pendant de nombreuses années[3]. Les frères Andries et Cornelis de Graeff étaient opposés à la maison d'Orange[1].

Andries de Graeff est diplômé en droit à l'université de Poitiers en 1634[3] et devient, de 1646 à 1672, conseiller d'Amsterdam. Andries et Cornelis de Graeff a été avec Andries Bicker l'un des principaux promoteurs à la fin de la guerre de Trente Ans avec l'Espagne, qui a pris fin 1648 dans la Traité de Münster[4]. Il fut un seigneur (Ambachtsheer) de Urk et Emmeloord et ministère de l'économie et des finances des États de Hollande et de Frise-Occidentale de 1652 à 1657[3]. En 1657 De Graeff devient bourgmestre d'Amsterdam[3].

De Graeff et son neveu Johan de Witt renforcent la souveraineté des provinces. En 1667, par l'Édit perpétuel, De Witt, De Graeff, Gaspar Fagel et Gillis Valckenier abolissent la fonction de stathouder en Hollande et influence en ce sens plusieurs autres provinces dont la Zélande et Utrecht[2]. De Graeff se voyait comme un protecteur de la liberté républicaine[1]. Après le retour du stathoudérat entre les mains de Guillaume III d'Orange, pendant la rampjaar en 1672, Andries de Graeff perd toute fonction politique, tout comme le reste de sa famille[2].

De Graeff a acheté le titre de chevalier du Saint-empire romain germanique en 1677[3],

Mariage et l'enfant[modifier | modifier le code]

Andries de Graeff avait épousé à Amsterdam en 1646 Elisabeth Bicker van Swieten[3], fille de Cornelis Bicker et Aertge Witsen (1599-1652). Le couple eut trois fils:

  • Cornelis de Graeff (La Haye, 1650- Amsterdam, 1678)
  • Alida de Graeff (La Haye 1651-1738)
  • Arnoldina de Graeff, (La Haye, 1652-1703)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Triumpf of Peace (en)
  2. a, b et c Pieter Vis: Andries de Graeff
  3. a, b, c, d, e et f Biographie d'Andries de Graeff dans la Nieuw Nederlandsch biografisch woordenboek. Deel 2
  4. Amsterdam: a brief life of the city. Van Geert Mak, Harvill Press (1999), p 123

Littérature[modifier | modifier le code]

  • (en) Israël, Jonathan I. (1995) The dutch Republic - Its Rise, Greatness, and Fall - 1477-1806. Clarendon Press, Oxford, ISBN 978-0-19-820734-4
  • (en) Rowen, Herbert H. (1986) John de Witt - Statesman of the “True Freedom”. Cambridge University Press, ISBN 0-521-52708-2
  • (en) Burke, P. (1994) Venice and Amsterdam. A study of seventeenth-century élites.
  • (nl) Zandvliet, Kees (2006) De 250 rijksten van de Gouden Eeuw: kapitaal, macht, familie en levensstijl blz. 77 tm 79 uitg. Nieuw Amsterdam, Amsterdam, ISBN 90-8689-006-7

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :