Amarante réfléchie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amaranthus retroflexus

L'amarante réfléchie (Amaranthus retroflexus) est une plante de la famille des Amaranthacées.

Description[modifier | modifier le code]

Plante annuelle de 20 à 90 cm de hauteur. Les tiges et rameaux sont poilus. La tige est souvent rougeâtre. Feuilles vert clair, au limbe ovale ou en losange, alternes, longuement pétiolées en bas de la plante. Les pétioles se raccourcissent vers le sommet. Fleurs minuscules toujours vertes en épis denses et courts presque sans feuilles. Bractéoles rigides et pointues. Racine pivotante développée. Les fruits sont ovoïdes, plus longs que le calice persistant et renferment des petites graines noires et luisantes.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Organes reproducteurs
  • Graine
  • Habitat et répartition
    • Habitat type : friches annuelles, nitrophiles, thermophiles
    • Aire de répartition : cosmopolite

Utilisations[modifier | modifier le code]

Cette plante est consommée comme un légume dans différents endroits du monde. Aucune espèce du genre Amaranthus n'est connue pour être toxique à faible dose, mais les feuilles contiennent de l'acide oxalique et peuvent contenir des nitrates si elles sont cultivées dans des sols riches en nitrates. L'eau de cuisson doit donc être jetée après usage.

A. retroflexus a été utilisée pour une multitude de fins alimentaires et médicinales par de nombreux groupes amérindiens.

Thoran

Elle est également utilisée dans l'état indien du Kerala pour préparer un plat populaire connu sous le nom de Thoran en combinant les feuilles finement découpées avec de la noix de coco râpée, des piments, de l'ail, du curcuma. Les graines sont comestibles crues ou grillées, et peuvent être broyées en farine et utilisés pour le pain, les céréales ou en tant qu'agent épaississant.

On appelle aussi cette plante "l'herbe à cochons" car on peut l'utiliser en fourrage pour cochons mais à faible dose et non quotidiennement en raison des problèmes qu'elle peut causer aux reins. Toutefois, en faible quantité, ce fourrage a un apport nutritionnel exceptionnel[1]

.

Références externes[modifier | modifier le code]

  1. Watt, John Mitchell; Breyer-Brandwijk, Maria Gerdina: The Medicinal and Poisonous Plants of Southern and Eastern Africa 2nd ed Pub. E & S Livingstone 1962

Sur les autres projets Wikimedia :