Alexandre de Riquer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riquer.

Alexandre de Riquer

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait vers 1880-85

Nom de naissance Alejandro de Riquer i Ynglada, VIIe comte de Casa Dávalos
Naissance 3 mai 1856
Calaf, Province de Barcelone
Décès 13 novembre 1920 (à 64 ans)
Palma de Majorque
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagnol
Activités Peintre, affichiste, écrivain, poète
Formation École des beaux-arts de Toulouse
Mouvement artistique Modernisme catalan, art nouveau

Alexandre de Riquer (1856-1920) est un artiste polymathe espagnol d'origine catalane, l'une des figures les plus importantes du modernisme catalan.

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de la noblesse espagnole, les comtes de Casa Dávalos et marquis de Benavent[1], Alexandre de Riquer naît dans un milieu à la fois carliste par son père Martín de Riquer y Comelles, et tourné vers l'art et la littérature par sa mère, Elisea Ynglada y Moragas.

De 1869 à 1871, ses parents l'envoient étudier en France, d'abord à Béziers puis en tant qu'étudiant à l’École des beaux-arts de Toulouse[2]. Il rentre à Barcelone en 1874 pour intégrer l’École de la Llotja et achever sa formation. Il compose ses premiers poèmes, Notas del alma (1875), influencé par Gustavo Adolfo Bécquer et Ramón de Campoamor. Il s'intéresse de près au préraphaélisme, en particulier à Edward Burne-Jones, et aux théories de William Morris, ainsi qu'à l’art japonais.

Durant sa jeunesse, il effectue de nombreux voyages d'étude, qui le mènent à Paris et à Rome (1879). Cette année-là, il est publié dans la revue La Academia (Madrid).

Parcours[modifier | modifier le code]

Panneaux en céramiques (1900).

Proches des artistes peintres et des architectes catalans de sa génération, il participe à l’Exposition universelle de 1888 à Barcelone, mais aussi à la décoration de bâtiments en tant que céramiste par le biais de Lluís Domènech i Montaner (Château des trois dragons) qui dirige également la revue La Ilustración Catalana y Arte y Letras à laquelle de Riquer contribue activement. En 1890, il expose individuellement pour la première fois en tant que peintre à la Sala Parés (Barcelone), sur le thème des oiseaux.

En 1893, il fonde le Círculo Artístico de San Lucas avec les frères Llimona et Alexandre M. Pons, à l'origine du mouvement moderniste propre à la Catalogne.

En 1897, il rejoint les artistes du cabaret Els Quatre Gats, qui éditent une revue et où se retrouve toute l'avant-garde. Il commence à publier des recueils de poésie marqués par le symbolisme qu'il illustre lui-même d'eaux-fortes.

De 1912 à sa mort, il se consacre presque exclusivement à sa peinture.

Alexandre de Riquer est l'auteur de nombreuses affiches remarquables, d'ex libris, d'illustrations destinés aux livres, de gravures sur bois et de motifs décoratifs.

Il se maria avec María Dolores Palau González de Quijano dont il eut neuf enfants, puis, en seconde noce, avec l'écrivaine française Marguerite Laborde [Andrée Béarn] en 1911 dont il eut un fils, Martí, qui fut un écrivain.

Affichiste[modifier | modifier le code]

Auteur prolixe, au départ influencé par Eugène Grasset, il est remarqué par Jules Chéret qui fait reproduire deux de ses compositions dans sa revue Les maîtres de l'affiche (1895-1900), à savoir Troisième exposition de Barcelone (1895) et Maison A. et E. Napoléon, photographes. Il signe Riquer.

Conservation[modifier | modifier le code]

  • 1877 : Purísima, Museo Diocesano de Barcelona.
  • 1911 : Marguerite Laborde, portrait peint, Musée national d'art de Catalogne.
  • 1916 : Emilia de Riquer i Palau, portrait peint, Musée national d'art de Catalogne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es)Martí de Riquer, Quinze generacions d'una família catalana, Barcelone, Editorial Planeta, 1979 (ISBN 978-84-320-6288-X[à vérifier : isbn invalide]).
  • (fr)Alain Weill, L'Affiche dans le monde, Paris, Somogy, 1984, p. 81-83 (ISBN 978-2-7242-2199-0[à vérifier : isbn invalide]).
  • (es)Alexandre de Riquer : exposició antològica, catalogue du Centre cultural de Caixa Terrassa, Barcelone, Ed. Caixa Terrassa, avril 2001.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Titres crées par le roi Philippe V d’Espagne, respectivement en 1744 et 1703.
  2. En 1886, il illustre une plaquette intitulée Los Estudiants de Tolosa (Les Étudiants de Toulouse), un recueil de chants populaires catalans.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]