Église Saint-Didier d'Asfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Didier.
Église Saint-Didier
Image illustrative de l'article Église Saint-Didier d'Asfeld
Présentation
Culte Catholicisme
Début de la construction XVIIe siècle
Architecte François Romain
Style dominant art baroque
Protection Logo monument historique Classé MH (1913)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Commune Asfeld
Coordonnées 49° 28′ 19″ N 4° 07′ 15″ E / 49.47194, 4.12083 ()49° 28′ 19″ Nord 4° 07′ 15″ Est / 49.47194, 4.12083 ()  [1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Didier

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

(Voir situation sur carte : Ardennes)
Église Saint-Didier

L'Église Saint-Didier d'Asfeld est l'église paroissiale de la ville d'Asfeld dans le département des Ardennes.

Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 3 mai 1913[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers les années 1680, Jean-Jacques de Mesmes, comte d’Avaux, nouveau maître des lieux, célèbre pour avoir participé à la signature du traité de Nimègue, décide de reconstruire l'église d'Asfeld.

L'érudit, aimant les voyages, particulièrement en Italie, est tombé amoureux de l’art baroque, ce qui le poussera à souhaiter l'édification d'un monument de ce style et à en confier la réalisation à un architecte connu à l'époque pour avoir résolu des problèmes techniques liés à la reconstruction du Pont Royal à Paris : le frère dominicain François Romain. Ainsi, le comte d’Avaux lui demande-t-il de s’inspirer de ce nouvel art au XVIIe siècle et de créer un édifice ayant la forme d'un instrument de musique afin que les chants et les prières soient mieux portés encore vers le ciel. C’est ce concept qui conduit le frère François Romain à établir ses plans en s’inspirant de la viole de gambe[3],[4].

Après deux campagnes de restaurations menées entre 1994 et 2001, qui concernaient la couverture et la charpente, l'église Saint-Didier d'Asfeld a fait l'objet d'une nouvelle campagne de rénovation de l'intérieur et des décorations, en 2008 et 2009[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

Plan de l'église d'Asfeld.

L’église est conçue en trois parties[6] :

  • Le péristyle, entouré d’une colonnade ajourée, couverte d’une toiture oblongue ;
  • Le campanile, orné de baies cintrées, surmonté d’un clocheton ;
  • La rotonde, évoquant l'architecture de l'antiquité romaine.


L’ensemble est remarquable par ses formes curvilignes, particulièrement la partie principale d’un dessin très étudié, avec son architrave s’incurvant dans le sens inverse des murs des chapelles. Ces chapelles sont régulièrement réparties et desservies par une petite galerie à mi-hauteur. Entre chaque chapelle se trouve une absidiole desservie par deux chemins curvilignes . L'utilisation de briques pour la construction est un cas unique dans la région[5].


L'église compte 138 piliers et colonnes, a une longueur de 44,82 mètres, un périmètre de 145 mètres.

L'église possède un orgue à 7 jeux construit vers 1900 par Clovis Renault. Le peintre Rostislas Loukine a fait don à l'église d'une icône représentant Marie et les apôtres Pierre et Paul.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail
  2. « Notice no PA00078333 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Asfeld », Diocèse de Reims,‎ 2006 (consulté le 09 janvier 2012)
  4. « Petit historique d'Asfeld », ?,‎ 10 décembre 2009 (consulté le 08 mars 2012)
  5. a et b Présentation de la campagne de rénovation 2008-2009 et des campagnes de restauration précédentes Site du Ministère de la Culture
  6. « Église Saint-Didier d'Asfeld », Société Française de Viole,‎ ? (consulté le 08 mars 2012)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :