Yasujirō Shimazu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yasujirō Shimazu (島津 保次郎?), 3 juin 1897 - 18 septembre 1945, est un réalisateur et scénariste japonais. Il fut l'un des grands créateurs du genre shōshimingeki (films sur la classe moyenne) aux studios Shochiku avant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le quartier Kanda de Tokyo, Yasujirō Shimazu entre aux studios Shōchiku en 1920 après avoir répondu à une annonce et commence à travailler sous Kaoru Osanai[1],[2]. Reconnu comme réalisateur à partir de 1923, il se spécialise dans les films sur la classe moyenne (shōshimingeki) qui sont favorisés aux studios Shōchiku de Kamata[1].

Il travaille de façon indépendante particulièrement à l'époque du cinéma sonore, mais rejoint finalement les studios Tōhō avec lesquels il réalise quelques films en coopération avec la Manshū Eiga Kyōkai[3]. Il meurt d'un cancer du poumon, juste après la fin de la guerre[1]. De nombreux réalisateurs renommés tels que Heinosuke Gosho, Shirō Toyoda, Kōzaburō Yoshimura et Keisuke Kinoshita se sont formés à ses côtés[3]. Il a réalisé près d'une soixantaine de films entre 1922 et 1944.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

  • Jōriku dai ippo 上陸第一歩) (1932)
  • Tonari no Yae-chan (隣の八重ちゃん) (Yaé, la petite voisine) (1934)
  • Asakusa no hi (浅草の灯) (1937)
  • Ani to sono imōto (兄とその妹) (1939)
  • Totsugu hi made (嫁ぐ日まで) (1940)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mitsuyo Wada-Marciano, Nippon Modern: Japanese Cinema of the 1920s and 1930s, University of Hawaii Press,‎ 2008 (ISBN 978-0-8248-3240-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Yasujiro Shimazu », Mubi.com (consulté le 23 octobre 2010)
  2. (ja) « Shimazu Yasujirō », Nihon jinmei daijiten, Kōdansha (consulté le 23 octobre 2010)
  3. a et b (ja) Sadao Yamane, Nihon eiga jinmei jiten: Kantoku hen, Kinema Junpō,‎ 1997 (ISBN 4-87376-208-1), « Shimazu Yasujirō », p. 404–406

Source[modifier | modifier le code]