Tatsuo Saitō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tatsuo Saitō
Description de cette image, également commentée ci-après
Tatsuo Saitō dans Les Sœurs Munakata (1950).
Naissance
Tokyo (Japon)
Nationalité Drapeau du Japon Japonais
Décès (à 65 ans)
Tokyo (Japon)
Profession Acteur
Réalisateur
Films notables Gosses de Tokyo
Rêves de chaque nuit
Qu'est-ce que la dame a oublié ?

Tatsuo Saitō (斎藤達雄, Saitō Tatsuo?) est un acteur et réalisateur japonais, né le à Tokyo où il est mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

La base de données JMDb mentionne la participation de Tatsuo Saitō à deux-cent-soixante-et-un films (majoritairement japonais[1], plus quelques films américains ou coproductions) comme acteur, à partir de 1925 (donc pendant la période du muet) et jusqu'en 1967. En particulier, il tourne à de nombreuses reprises pour le réalisateur Yasujirō Ozu, la première fois en 1928, la dernière fois en 1950, avec Les Sœurs Munakata. Il contribue également à plusieurs films d'Heinosuke Gosho et d'Hiroshi Shimizu, entre autres. Parmi ses films américains, son plus connu est Lord Jim de Richard Brooks, sorti en 1965, où il interprète le vieil artilleur Du-Ramin (un de ses derniers rôles), aux côtés de Peter O'Toole dans le rôle-titre.

Toujours selon la JMDb, Tatsuo Saitō est en outre le réalisateur de cinq films, trois sortis en 1953 (dont un aussi comme scénariste), les deux autres sortis en 1957[1].

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Années 1920[modifier | modifier le code]

Tatsuo Saitō, Tomio Aoki et Takeshi Sakamoto dans Le Galopin (1929).

Années 1930[modifier | modifier le code]

De gauche à droite : Junko Matsui, Yumeko Aizome, Hiroko Kawasaki, Den Obinata et Tatsuo Saitō dans La Ville des flammes de la passion (1934).

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1953 : Totsugu koyoi ni (嫁ぐ今宵に?) (+ scénariste)
  • 1953 : Okāsan no kekkon (お母さんの結婚?)
  • 1953 : Junjō shain (純情社員?)
  • 1957 : Hayaku kaette-ko (早く帰ってコ?)
  • 1957 : Tōkyō dayo okāsan (東京だヨおッ母さん?)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ja) « Filmographie », sur JMDb (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]