Kiyohiko Ushihara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kiyohiko Ushihara
Mark Semenovich Donskoy, Kiyohiko Ushihara and Irina Borisovna Donskaya.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Médaille au ruban pourpre (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Kiyohiko Ushihara (牛原 虚彦, Ushihara Kiyohiko?, - ) est un réalisateur japonais, surtout connu pour ses gendaigeki de l'époque du cinéma muet.

Carrière[modifier | modifier le code]

Né dans la préfecture de Kumamoto et diplômé de l'université de Tokyo, Ushihara rejoint le studio Shochiku en 1920 à l'invitation de Kaoru Osanai[1]. Il fait ses débuts en participant à l'écriture du scénario du film Âmes sur la route de Minoru Murata inspiré de Gorki. Il entame sa carrière de réalisateur en 1921 et dirige plus tard des adaptations d’œuvres telles que Les Misérables de Victor Hugo sous le titre Aa mujō[2],[1]. Au milieu des années 1920 il se rend aux États-Unis pour étudier les méthodes de réalisation d'Hollywood où il travaille sous la direction de Charlie Chaplin[2]. Il rentre au Japon pour réaliser des comédies romantiques et des films d'action mettant en scène Denmei Suzuki et Kinuyo Tanaka tels que Shingun[3]. Entre 1928 et 1932, il édite la revue Eiga kagaku kenkyū (« Études scientifiques du cinéma ») en compagnie de Murata[2]. Il quitte la Shōchiku aux débuts des années 1930 et travaille avec des studios tels que Nikkatsu, Shinkō Kinema et Daiei.

Il cesse la réalisation de films après la Seconde Guerre mondiale et commence à enseigner la technique de réalisation auprès d'institutions telles que l'université Nihon. En 1959, il est membre du jury du premier festival international du film de Moscou[4]. Quatre ans plus tard, il fait partie du jury du troisième festival international du film de Moscou[5] et en 1965 il est de nouveau membre de la quatrième édition de ce même festival[6].

Son fils, Yoichi Ushihara, est également réalisateur.

Filmographie (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 1921 : Yama kururu (山暮るる?) (titre anglais : The Mountains Grow Dark)
  • 1923 : Aa mujō - Dai ippen: Hōrō no maki (噫無情 第一篇 放浪の巻?) (titre anglais : Ah, Heartless)
  • 1925 : La terre sourit (大地は微笑む, Daichi wa hohoemu?) co-réalisé avec Yasujirō Shimazu
  • 1928 : Kare to Tokyo (彼と東京?) (titre anglais : He and Tokyo)
  • 1928 : Riku no ōja (陸の王者?) (titre anglais : A King on Land)
  • 1930 : Shingun (進軍?) (titre anglais : Advance)
  • 1930 : Wakamono yo naze naku ka (若者よなぜ泣くか?) (titre anglais : Why Do You Cry, Youngsters?)
  • 1933 : Mirai-ka: Zengo-hen (未来花 前後篇?)
  • 1933 : Daigaku no uta (大学の歌?)
  • 1933 : Tōkyō-sai (東京祭?)
  • 1938 : Le Mystère du sha­mi­sen hanté (怪猫謎の三味線, kai­byō nazo no sha­mi­sen?)[7]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ja) « Ushihara Kiyohiko », Nihon jinmei daijiten + Plus, Kōdansha (consulté le 13 mai 2011)
  2. a, b et c William M. Drew, « Kiyohiko Ushihara's Shingun (Marching On) », Gilda's Attic, (consulté le 17 avril 2010)
  3. (en) Peter Rist, « The 29th edition of the Giornate del Cinema Muto », Offscreen.com, vol. 14, no 10,‎ (lire en ligne)
  4. « 1st Moscow International Film Festival (1959) », MIFF (consulté le 27 octobre 2012)
  5. « 3rd Moscow International Film Festival (1963) », MIFF (consulté le 25 novembre 2012)
  6. « 4th Moscow International Film Festival (1965) », MIFF (consulté le 2 décembre 2012)
  7. Le Mystère du sha­mi­sen hanté : titre français du film lors de la rétrospective "Le Cinéma japonais au surnaturel : les spectres de la Japan Horror" du 6 mai au 1 juin 2011 à la MCJP

Source de la traduction[modifier | modifier le code]