Vologèse V

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vologèse.
Vologèse V (Parthie)
Vologèse II (Arménie)
Monnaie de Vologèse V, roi des Parthes.
Monnaie de Vologèse V, roi des Parthes.
Titre
Roi des Parthes
191207
Prédécesseur Vologèse IV
Successeur Vologèse VI
Roi d'Arménie
ca. 180191
Prédécesseur Sohaemus
Successeur Khosrov Ier
Biographie
Dynastie Arsacides
Père Vologèse IV
Enfant(s) Rev Ier de Karthli, Vologèse VI, Artaban V, Khosrov Ier

Vologèse V est roi arsacide d’Arménie de 180-191 sous le nom de Vologèse II puis Grand Roi arsacide des Parthes de 191 à 207.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vologèse V est le fils et successeur du Grand Roi Vologèse IV. Cyrille Toumanoff l’identifie également avec le roi Vologèse ou Valarchak qui règne sur l’Arménie de 180 à 191 comme roi vassal de son père. Vologèse II aurait succédé en Arménie à Sohaemus vers 180[1].

C’est pendant cette période qu'il aurait réussi à imposer en 189 sur le trône de Karthlie son fils Rev, né de la sœur du roi Amazap II de Karthli qui est vaincu et tué lors d'une révolte de ses sujets. Après la mort de son père, en devenant à son tour « Grand Roi » des Parthes en 191, il cède l'Arménie à l'un de ses fils, Chosroès Ier.

Vologèse V réprime dès son accession au trône parthe la tentative d’usurpation d’Osroès II qui s’était proclamé roi en Médie en 190. Le roi doit ensuite faire face à l’attaque de Septime Sévère qui lui reproche d'avoir soutenu son compétiteur à l'empire Pescennius Niger[2] et d'avoir assiégé Nisibe. L'empereur romain avance en Mésopotamie en 195 et occupe Nisibe avant de capturer 100 000 prisonniers et de piller la capitale parthe Ctésiphon en novembre 197[3]. En 202 la paix est rétablie avec Rome, qui conserve la Mésopotamie occidentale.

Famille[modifier | modifier le code]

Selon Cyrille Toumanoff, Vologèse V aurait épousé la fille de Pharasman III d'Ibérie, avec qui il a au moins un enfant et qui est peut-être la mère de ses autres fils :

Christian Settipani, qui ne reconnaît pas en Vologèse V un roi d'Arménie ni l'ancêtre des Arsacides géorgiens, s'accorde toutefois avec Cyrille Toumanoff sur les trois autres fils du souverain[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Louise Chaumont, « L'Arménie entre Rome et l'Iran » : « Tout porte à croire qu'à Sohaemus, prince d'Émèse, sénateur et consul, succéda un authentique Arsacide proche parent du Roi des rois. »
  2. Histoire Auguste, « Vie de Sévère », § IX.
  3. René Grousset, L'Empire du Levant : Histoire de la Question d'Orient, Paris, Payot, coll. « Bibliothèque historique »,‎ (réimpr. 1979), 648 p. (ISBN 2-228-12530-X), p. 57.
  4. Christian Settipani, Continuités des élites à Byzance durant les siècles obscurs. Les princes caucasiens et l'Empire du VIe au IXe siècle, de Boccard, Paris, 2006 (ISBN 978-2-7018-0226-8), p. 107.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]