Arsacides (Arménie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Histoire de l'Arménie
Image illustrative de l'article Arsacides (Arménie)
Origines
Hayasa-Azzi • Nairi
Urartu
Armens
Royaume d'Arménie
Rois d'Arménie :
Orontides • Artaxiades • Arsacides
Histoire médiévale
Marzpanat
Arménie byzantine
Dynastie bagratide
Royaume de Vaspourakan
Arménie zakaride
Royaume arménien de Cilicie
Princes et rois arméniens de Cilicie
Domination étrangère
Domination ottomane
Domination perse
Domination russe
Génocide arménien
Chronologie du génocide arménien
Nombre de victimes du génocide arménien
Histoire moderne
Première république
Arménie soviétique
Séisme de 1988 en Arménie
Guerre du Haut-Karabagh
République d'Arménie
Autres
Chronologie de l'histoire de l'Arménie
Histoire militaire de l'Arménie
Histoire cartographique de l'Arménie

Les Arsacides d'Arménie ou Aršakouni (en arménien Արշակունիներ) sont les rois issus de la dynastie parthe des Arsacides ayant régné sur l'Arménie après les souverains artaxiades. À partir de 12 apr. J.-C., avec Vononès Ier, se succèdent en effet sur le trône soit d'anciens souverains parthes, soit des cadets de cette dynastie, dont la succession sur le trône d'Arménie est interrompue au gré des affrontements entre Parthes et Romains. La succession devient plus régulière et autonome à partir de Vologèse II. Artachès IV, dernier roi de cette dynastie, est déposé par les Sassanides en 428. L'Arménie entre alors dans la période du Marzpanat.

Leur mausolée est le mausolée d'Aghdsk.

Liste des rois arsacides d'Arménie[modifier | modifier le code]

Statue de Tiridate Ier d'Arménie dans le parc du Château de Versailles.
L'Arménie arsacide vers 150.

Des descendants réfugiés à Byzance[modifier | modifier le code]

Si les Arsacides disparaissent de la scène internationale en 428, certains descendants se réfugient à Constantinople pour éviter les risques d'exécutions en raison de leur statut dynastique. La documentation est insuffisante pour attester d'une filiation continue, mais leur qualité de princes arsacides est mentionnée à plusieurs reprises, par des textes contemporains ou plus tardifs.

L'historien Michaèl Čamč`ean, au XVIIIe siècle, mentionne un prince arsacide du nom d'Artabanès qui émigra à Byzance en 471, probablement accompagné de son frère Keinès. D'un écrit de Procope de Césarée, on déduit que ces princes étaient issus du roi Arsakès III.

Entre 538 et 554 est cité un Artabanès, prince arsacide, fils de Iohannes, frère de Iohannes (capitaine byzantin mort en 545) et général de l'empereur Justinien Ier. Cet Artabanès est probablement petit-fils du précédent.

En 646, le chroniqueur Sébéos mentionne le mariage de Smbat V Bagratouni avec une princesse arsacide, fille du magistros Manuel et parente de l'empereur Constant II. L'étude des parentés de l'empereur montrent que c'est sa femme Fausta qui est arsacide, ainsi que son père Valentinos, qui est associé au trône de 641 à 644. Valentinos et Manuel pourraient très bien être frères et petit-fils du général Artabanès.

Les derniers descendants connus sont Artabasde, stratège des Arméniaques et curopalate en 717, empereur byzantin de 741 à 743, et son cousin Tiridate (v. 700 † 743), patrice en 743.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]