Vincent Laubeuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vincent Laubeuf

Naissance (44 ans)
Roanne, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur, musicien électroacoustique
Style Musique savante
Activités annexes directeur artistique
Lieux d'activité France, Japon…
Années d'activité depuis 1992
Collaborations Cyril Teste, Jacques Jouet...
Éditeurs Motus, Maison Ona, Obs*, Licence...
Formation Concervatoire de Lyon, Université Lyon II, Université Paris 8
Maîtres Denis Dufour
Site internet http://www.vincent-laubeuf.com

Œuvres principales

Dyptique On ne sait pas, Torii, la porte du moi, Le Sourire des pierres...

Vincent Laubeuf, né à Roanne le 22 juillet 1974, est un compositeur français de musique électroacoustique, acousmatique / musique concrète et instrumentale. Il est également musicien électroacoustique (acousmonium et ordinateur), concepteur d'installation sonore et créateur radio.

Biographie[modifier | modifier le code]

De formation classique, il a notamment étudié le violon, il s’intéresse très tôt à la création musicale. Une rencontre déterminante avec Denis Dufour dont il suit les cours au Conservatoire de Lyon de 1992 à 1995, l'oriente notamment vers la création électroacoustique, même si, pour lui, la composition instrumentale fait partie du même projet artistique[1].

Outre Denis Dufour, il a eu également Jean-Marc Duchenne comme professeur, également au Conservatoire de Lyon. Il a également suivi des cours lors de stage : Pascal Dusapin, Brian Ferneyhough, et c'est rapproché de Gérard Pesson afin de compléter sa formation de compositeur[2].

En tant que compositeur[modifier | modifier le code]

Vincent Laubeuf a composé plus d'une centaine d'œuvres[3]

Il est invité dans nombre de studios : l’Imeb, de l’Ina-GRM, du Grame ou de La Muse en circuit. Il compose pour des ensembles tels que Syntax, In Extremis, l’Ensemble orchestral contemporain ou l’Instant donné.

En 2008, Vincent Laubeuf est lauréat du 8e concours international Luc Ferrari[4] de La Muse en Circuit.

2 CDs monographiques lui ont été consacrés : Raréfactions[5], sortie en 2011 chez Motus et The Poetics of Vacuum[6] coédité par Obs* (Russie) et Oto (Japon) sortie en 2013

Depuis 2016, certaine de ces partitions sont éditées chez Maison Ona.

Quelques lieux et festivals où il est possible d'entendre ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • en France, Futura à Crest[7], cycle Akousma du GRM[8], le Palais de Tokyo, Le Grand Palais pour Monumenta[9], Festival Extention[10] de la Muse en Circuit, La Ferme du Buisson, La Gaîté lyrique[11], au Lieu Unique…)
  • à l’étranger, Festival CCMC à Tokyo[12], Festival Archipel[13] à Genève, Musica Electronica Nova[14] à Wroclaw, Pologne, Ars Musica à Bruxelles[15]….

Quelques créations de Vincent Laubeuf[modifier | modifier le code]

  • Dans le bruit on ne sait pas (commande Ina-GRM) pour support audio[8]
  • Le Sourire des pierres (commande de Radio France pour Alla Breve[16]) pour clarinette, violon, violoncelle, percussion et support audio,
  • Que faut-il pour faire de l’eau pour 15 instruments et électronique (commande Ensemble Orchestral Contemporain)[17]
  • Torii, la porte du moi en collaboration avec Paul Ramage, création radiophonique, production France Culture pour l’émission « Création On Air »[18].

En tant que musicien électroacoustique[modifier | modifier le code]

Vincent Laubeuf a joué notamment au festival Total Meeting (Petit Faucheux à Tours), lors de 3 tournées au Japons (une quarantaine concerts dans diverses ville à Sapporo, Tokyo, Yokohama, Chiba, Kobe, Kushiro, Osaka, Kyoto…). Il a également joué la partie électroacoustique de Kontakte de Karlheinz Stockhausen, au Festival d’Automne (Amphithéâtre de l’Opéra Bastille et TGP CDN de Saint-Denis) avec L’Instant donné et Motus[19].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Il a été nommé à la Commission de la musique symphonique de la Sacem de 2013 à 2017[20].

Quelques pistes sur son style musical[modifier | modifier le code]

Lorsque l'on entend la musique de Vincent Laubeuf, nous pouvons tout de suite remarquer une utilisation constante de différentes sources sonores, aussi bien électronique que d’origine acoustique (son de nature, du quotidien). Il élabore ainsi une musique dans un sans cesse allez-retour entre l’abstrait et l’anecdotique, les deux se mêlant, se confondant afin de créer une dramaturgie du sonore[21],[22].

Outre la dramaturgie, la musique de Vincent Laubeuf possède une « fibre poétique »[23], une forme de fragilité assumée car soutenue par une technique maîtrisée[23]

Sa musique utilise également une « façon d’approcher le temps et de retenir l’expression des tensions »[22] qui lui est propre.

Extrait du catalogue des œuvres[24],[25][modifier | modifier le code]

Musiques pour orchestre et pour ensemble (avec ou sans électronique)[modifier | modifier le code]

1993

  • Une certaine idée du temps (10 min) orchestre juin-septembre

2002

  • Quelque chose s’efface… pour ensemble (Pic., Cl., Tromp, Tromb, Vibr, Piano, Violon, alto, Violoncelle),
2007
  • Que faut-il pour faire de l’eau pour 15 instruments et électronique, commande EOC réalisation musicale au GRAME

Instrument seul (avec ou sans électronique)[modifier | modifier le code]

1994
  • Le Choix du vide (11 min) accordéon

1997

  • Rondes (10 min) piano. janvier

2007

  • Adem (7 min 25 s) pour clarinette basse et électronique, décembre 2007
  • Pérégrinations de Tokyo (12 min 43 s) 2009 pour Hautbois et support audio, projet lauréat du 8e concours Luc Ferrari, réalisation musicale à la Muse en Circuit
2011
  • Cérémonial (ou les fragments oubliés) 10 min pour flûte (piccolo et contrebasse) support audio et dispositif électronique temps réel

2012

  • Fragments d’ondes 12 min pour clarinette et support audio

2014

  • Telle une illusion qui s’enfuit au réveil pour violoncelle, pédale de distorsion et support audio 17 min

Musique de chambre (avec ou sans électronique)[modifier | modifier le code]

2002
  • Paysage VIII pour ensemble (Clar., perc., piano, Vl., Vlc.)

2004

  • Un Duo ? (9 min 09 s) violon et guitare,
  • Un jardin n’est pas un lieu (10 min) flûte (piccolo et en sol), clarinette basse et piano

2009

  • Bruit de pas (45 min) pour clarinettes, violoncelle, dispositif électronique et vidéo
  • Empreintes (11 min) pour saxophones, violon, piano et percussion et support audio

2011

  • Une Parcelle [2011] 10 min pour saxophone soprano, percussion, support audio et dispositif électronique temps réel
2012
  • Errance (18 min) pour clarinette, percussion et support audio
  • Biblioteca (5 min) pour clarinette, percussion et support audio (partie support audio par Guillaume Contré)
  • Après Dulcinée (5 min) pour clarinette et percussion
  • Coda (3 min 30 s) pour clarinette, percussion et support audio

2016

  • Le sourire des pierres (2016) 11 min, pour clarinette, violon, violoncelle, percussion et support audio, commande de Radio France

Musique avec voix chantées ou parlées (avec ou sans électronique)[modifier | modifier le code]

2000
  • Paisaje Inmemorial (14 min 30 s), d’après un poème d’Octavio Paz pour mezzo-soprano, voix d’alto, violon et violon-alto et dispositif électronique
  • Anniversaire (5 min) Soprano, flûte, violoncelle et piano. Sur un texte de Thomas Brando; commande de Denis Dufour

2001

  • Sans Chemin (7 min) pour trois voix de femmes
  • En Chemin (18 min) récitant et support audio. Texte écrit pour l’occasion par Jacques jouet, composé dans les studios de la Muse en Circuit
2003
  • Hével Havalim (11 min) pour mezzo-soprano, violon et orgue, commande du festival les Estivals d’orgue du Haut-Jura

2005

  • A l’Origine, si Origine il y eut (65 min) Récitante, contre-alto, clarinette et électronique, commande Motus

2006

  • Soudain à la place de la main une fable, (9 min 30 s) pour mezzo-soprano, contralto et accordéon, sur un texte d’Hervé Bauer; février 2006

Musiques acousmatiques[modifier | modifier le code]

1994
  • Afarensis (15 min) support audio 7 pistes

1995

  • Histoires brèves (7 min 30 s) support audio stéréo
  • Je hais les voyages et les explorateurs (9 min 40 s) support audio stéréo

1996

  • R… (10 min) support audio stéréo
  • Pauvre Cerbère (5 min 40 s) support audio stéréo ; pièce en hommage à Pierre Schaeffer
  • 1997
  • Une quête (8 min 22 s) support audio 8 pistes

1999

  • O… (6 min 50 s) support audio
  • Comme pour l’origine (21 min 10 s) support audio stéréo

2000

  • Comme pour le meilleur des mondes (7 min 04 s) support audio
  • Ssss… (5 min 06 s) support audio
  • Raréfaction (7v) support audio

2001

  • A travers un monde dénaturé (10 min 29 s) support audio

2002

  • Et si… (19 min 33 s) support audio, composée dans les studios de l’Ina-GRM
  • Que s’est-il passé ? pour support audio

2003

  • Une Ballade (Un jours) (13 min 47 s) commande IMEB-Bourges
  • Une Passacaille (ou presque) (10 min 31 s)

2004

  • Aux cercles réunis (5 min 14 s) texte de Thomas Brando, vois d’Estelle Cukier

2005

  • La terre ne se meut pas (17 min) pour support audio, commande Ina-GRM, composée dans les studios de l’Ina-GRM
  • Paysage-ville (10 min) pour support audio

2006

  • Eau/calme (5 min 20 s) pour support audio
2007
  • Noumènes #1 et #2 (20 min 11 s) pour support audio
  • Lost in the Soundscape (16 min 30 s) pour support audio

2008

  • Seuil, Territoires (21 min 30 s) pour support audio, création pour Monumenta 2008

2009

  • Une histoire de désordre (15 min) pour support audio commande Ina-GRM

2010

  • L’Énergie du vide pour support audio (10 min 27 s)
  • Intrada 6 min 33 s pour support audio Folia pour support audio 5 min et Fine amor pour support audio 22 min (incluses dans « Tempuradu Utopica » œuvre collective avec Guillaume Contré, Nathanaëlle Raboisson et Olivier Lamarche)

2011

  • Transparence d’un monde 25 min

2012

  • Diverses traces enfouies dans le sol ou les fragments retrouvés 35 min

2013

  • Folles obsessions 9 min 34 s
  • Fayoum – Portraits sortis de terre 30 min 02 s

2014

  • Des stèles (couchées sur le sol) 10 min
  • Les Oreilles d’Hoïchi 10 min

2015

  • Folie Tristan 10 min 31 s
  • Dans le silence on ne sait pas 21 min (diptyque …on ne sait pas)
  • Dans le bruit on ne sait pas 20 min commande de l’Ina-GRM (diptyque …on ne sait pas)

2016

  • 5 miniatures 5 min (diptyque …on ne sait pas)
  • Contemplez ! 10 min 05 s

2017

  • Torii, la porte du moi, 58 min en collaboration avec Paul Ramage, réalisation Nathalie Salles, production France Culture pour "Création on air"

Discographie et publication numérique[modifier | modifier le code]

  • Train fantôme, un cadavre exquis musical sur internet (Studio Forum et Les éditions Suicide Commercial, 1999).
  • Ssss…, in Virtual Zoo, (Studio Forum et Les éditions Suicide Commercial, 2000)
  • Que s’est-il passé ? in CD du collectif de compositeurs Hameçon (Hameçon 2003)
  • O… in L’Inventaire, groupement de compositeurs électroacoustiques Rhône-Alpes, (En partenariat avec la DRAC Rhône-Alpes, la SACEM, le GMVL et l’Agence Musiques et Danse Rhône-Alpes, 2003
  • Trajectoires/Répétitions (14 min 19 s) Electroacoustic Music Volume 02 disponible sur elektramusic Elektramusic 2008
  • Les Pérégrinations de Tokyo (12 min 30 s) 2009, pour hautbois et support audio (hautbois – Guillaume Deshayes) « hörspiel avec », Muse en Circuit 2009
  • Raréfactions Vincent Laubeuf – Cd monographique aux éditions Motus DigiFile M310016. 2011 À travers un monde dénaturé, Raréfaction, Une histoire de désordre, Une passacaille [ou presque], Sous terre / exploration, Seuil, territoires.
  • Poetics of Vacuum Cd monographiquze coédité par OBS* (Russie) et OTO (Japon) 1 Douce et Monotone [2007] 06 min 16 s ; 2 Noumènes #1 [2007] 10 min 19 s ; 3 Paysages-ville [2005] 09 min 24 s ; 4 Sur la place (2014) ; 5 Noumène #2 [2007] 10 min 23 s ; 6 Fine Amor [2010] 20 min 08 s
  • Les oreilles d'Hoïchi (2014) 10 min 35 s présent sur la compilation Chitarra e Altre Corde' coédition OBS* et Audior 2015
  • Contemplez ! (2016) 10 min 05 s singularities #3, compilation du label Singularities, 2017

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « The Music of Vincent Laubeuf - VaresElectronique », VaresElectronique,‎ (lire en ligne)
  2. « Biographie | Vincent Laubeuf », sur vincent-laubeuf.com (consulté le 16 août 2017)
  3. « Résultats de recherche - La Sacem », sur repertoire.sacem.fr (consulté le 11 août 2017)
  4. « 9e Festival Extension », Centre de documentation de la musique contemporaine,‎ (lire en ligne)
  5. Michèle Tosi, « La toile sonore de Vincent Laubeuf « À Emporter « ResMusica » (consulté le 15 août 2017)
  6. Michèle Tosi, « The poetics of Vacuum de Vincent Laubeuf « À Emporter « ResMusica » (consulté le 15 août 2017)
  7. « FESTIVAL FUTURA », sur festivalfutura.fr (consulté le 11 août 2017)
  8. a et b « Site de l'Ina-GRM » (consulté le 11 août 2017)
  9. « La programmation culturelle de Monumenta 2008, Grand Palais », Paris Art,‎ (lire en ligne)
  10. « 9e Festival Extension », Centre de documentation de la musique contemporaine,‎ (lire en ligne)
  11. « Diario Utópico », La Gaîté lyrique,‎ (lire en ligne)
  12. « Contemporary Computer Music Concert 2017 », sur www.institutfrancais.jp (consulté le 11 août 2017)
  13. « Archipel ■ festival des musiques d’aujourd’hui ■ Genève 20-28 mars 2009 », sur www.archipel.org (consulté le 11 août 2017)
  14. « Musica Electronica Nova », sur www.e-wroclaw.com (consulté le 11 août 2017)
  15. « Musiclub - Ars Musica Festival 2016 », Ars Musica Festival 2016,‎ (lire en ligne)
  16. « « Le Sourire des pierres » de Vincent Laubeuf (Diffusion intégrale et portrait) », France Musique,‎ (lire en ligne)
  17. « Que faut il pour faire de l'eau? | Ensemble Orchestral Contemporain », sur www.eoc.fr (consulté le 11 août 2017)
  18. « Torii, la porte du moi », France Culture,‎ (lire en ligne)
  19. « Luciano Berio // Pierre-Yves Macé // Karlheinz Stockhausen, extraits des 34 Duetti, Ambidextre, Kontakte | The Paris Autumn Festival », sur Festival d'Automne à Paris (consulté le 11 août 2017)
  20. « Lettre d'information du Cdmc no 154 | Novembre 2016 », Centre de documentation de la musique contemporaine,‎ (lire en ligne)
  21. Michèle Tosi, « La toile sonore de Vincent Laubeuf « À Emporter « ResMusica » (consulté le 16 août 2017)
  22. a et b Anne Montaron, « « Le Sourire des pierres » de Vincent Laubeuf (2/5) », France Musique,‎ (lire en ligne)
  23. a et b Michèle Tosi, « The poetics of Vacuum de Vincent Laubeuf « À Emporter « ResMusica » (consulté le 16 août 2017)
  24. « Catalogue | Vincent Laubeuf », sur vincent-laubeuf.com (consulté le 11 août 2017)
  25. « LAUBEUF Vincent (1974) », Centre de documentation de la musique contemporaine,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Article à propos de l'acousmonium dans la revue Sound on sound
  • Interview pour la WebRadio de l'Ina-GRM (Institut National de l'Audiovisuel)
  • Entretien pour L'Autre musique revue en ligne associée à l'Institut ACTE (UMR 8218, université Paris I – Panthéon-Sorbonne / CNRS)