Villar de Rena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Villar de Rena
Villar de Rena.svgFlag of Villar de Rena Spain.svg
Image dans Infobox.
Nom officiel
(es) Villar de RenaVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Communauté autonome
Comarque
Vegas Altas (en)
Province
Partie de
Mancomunidad Vegas Altas (d), mancomunidad de servicios La Serena-Vegas Altas (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef-lieu
Villar de Rena (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
82,8 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
277 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
1 332 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
16,1 hab./km2 ()
Gentilé
VillariegosVoir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Chef de l'exécutif
Martin Jesus Sanchez Marcelo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
06716Voir et modifier les données sur Wikidata
INE
06156Voir et modifier les données sur Wikidata
TGN
Site web

Villar de Rena est une commune et une localité espagnole située en Estrémadure dans la province de Badajoz.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Villar de Rena se trouve à environ 25 km au nord de Villanueva de la Serena.

La commune est située sur la rive droite du Guadiana et fait partie du district judiciaire de Villanueva de la Serena dans la comarque de Vegas Altas (en) tandis que sa voisine, Rena, est dans le district judiciaire de Don Benito[1].

Elle est arrosée par le fleuve Guadiana et son affluent le río Ruecas (es).

Description[modifier | modifier le code]

La culture du riz et celle des arbres fruitiers sont favorables à de nombreuses espèces d'oiseaux.

Localités[modifier | modifier le code]

Outre le chef-lieu, la commune comprend les localités de Palazuelo et Puebla de Alcollarín.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque romaine[modifier | modifier le code]

Si la plupart des auteurs s’accordent à faire remonter l’histoire de Villar de Rena à l’Hispanie romaine, l’origine précise de la commune ne fait pas consensus. Certains notent que « Villar » pourrait se référer à une villa romaine, d'autres mentionnent une ancienne Regina[2], mais c'est probablement Lacipea (es) — le premier relais de la via XXV, à 20 milles d’Augusta Emerita (Mérida) en direction de Caesaraugusta (Saragosse) selon l’Itinéraire d'Antonin — qui correspond à l'actuelle commune de Villar de Rena[réf. souhaitée]. Il s'agit en tous cas d'une localité rurale appartenant à la riche zone agricole qui entoure le site stratégique et centre urbain de Castrum Metellinum (Medellín) où l'on trouve un forum et un théâtre.

Moyen-Âge et temps modernes[modifier | modifier le code]

Le repeuplement chrétien de la région est encadré par l'ordre d'Alcántara[à vérifier] à Medellín et par l’archevêché de Plasencia[réf. souhaitée].

L'église paroissiale de Villar de Rena date du XVe siècle. La restauration de peintures murales du XVIIIe siècle — découvertes en 1986 à la suite d'un incendie — a révélé un retable de douze cases figurant des scènes telles que l’annonciation, la nativité ou la crucifixion[3].

En 1735, alors qu'elle dépendait jusque là du comté de Medellín, Villar de la Rena obtient le statut de « ville exempte » en même temps que Don Benito[4].

Du XIXe au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Il faut attendre la disparition de la seigneurie de Medellín en 1811 pour que Villa de Rena devienne réellement indépendant[réf. souhaitée].

La commune est restée exclusivement agricole[3]. Elle a 1 353 habitants en 2020[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Villar de Rena : Información General », sur www.dip-badajoz.es (consulté le )
  2. Ne pas confondre avec Regina Turdulorum (es) située dans la commune de Casas de Reina[à vérifier].
  3. a et b (es) « Villar de la Rena : Monumentos », sur www.dip-badajoz.es (consulté le )
  4. (es) « Villar de la Rena : Historia », sur www.dip-badajoz.es (consulté le )
  5. (es) « Badajoz: Población por municipios y sexo. (2859) », sur INE (consulté le )