Salmour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Salmour
Salmour
Noms
Nom français Salmour
Nom piémontais Salmor
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Piémont Piémont 
Province Coni 
Code postal 12040
Code ISTAT 004202
Préfixe tel. 0172
Démographie
Population 725 hab. (31-12-2010[1])
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 00″ nord, 7° 48′ 00″ est
Superficie 1 200 ha = 12 km2
Localisation
Localisation de Salmour
Localisation dans la province de Coni.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Salmour
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Salmour
Géolocalisation sur la carte : Piémont
Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Salmour
Liens
Site web site officiel

Salmour olim Sarmatorio, (en français Salmour) est une commune italienne de la province de Coni dans la région Piémont en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[2][modifier | modifier le code]

Blason des seigneurs de Sarmatorio (Italie)

En 901, l'empereur Ludovico III donna la localité de " Sarmatorium " à l'évêque d' Asti , avec la colline adjacente et 1070 iugeri de terrain (environ 8,5 kilomètres carrés): il s'agissait d'actifs fiscaux, en partie incultes - ils se trouvaient en fait près de della silva Bannale -, autrefois inclus dans le territoire du municipe d'Augusta Bagiennorum. Au début du Xe siècle, Sarmatorio apparaît, comme une colonie, bien distincte des villages voisins de Bene (un avec la société Curtense du même nom, dans laquelle s'étaient installés de nombreux habitants de l'ancienne ville romaine abandonnée) et de Lequio Tanaro.

Entre la fin du Xe siècle et le début du XIe siècle dans la localité - où l'évêque d'Asti continuait à revendiquer des droits patrimoniaux et juridictionnels - la seigneurie d'Alineo a été établie. Probablement Alineo avait obtenu de l'église d'Asti, par fief ou par niveau, les terres de Sarmatorio, puisqu'en 1028 son fils Abellonio pouvait disposer d'un tiers des biens et de la chapelle Saint-Pierre, qui étaient attribués au monastère . di S. Pietro di Savigliano, fondée par lui avec sa femme Amaltruda.

Les deux autres tiers des actifs fonciers appartenaient aux frères Abellonio, Robaldo et Aicardo, qui possédaient des droits sur une grande partie du territoire au confluent du Tanaro et de la Stura, et à gauche de la deuxième rivière, ils avaient des actifs à Cervere , Marene et Savigliano, avec des appendices patrimoniaux dans le Fossanese, à Caraglio et dans d'autres localités de la région de Cuneo. Cette famille noble était autrefois appelée par les historiens Alineide ou Robaldina, mais en réalité à partir de la seconde moitié du XIe siècle, elle se définissait avec le nom familier de Sarmatorio, du nom du château le plus important qu'elle possédait dans la région.

Entre la fin du XIe siècle et le début du XIIe siècle, les Sarmatorio, tout en renforçant leur présence seigneuriale dans la région (en reprenant possession des parts des propriétés données au monastère de S. Pietro di Savigliano), tentèrent coexister avec l'évêque d'Asti, qui surtout à Bene avait constitué un de ses noyaux de pouvoir effectif dans le comité Bredulo. Grâce à des dons en faveur de l'église d'Astese, puis à des pactes stipulés avec elle et avec la municipalité naissante d'Asti, les Sarmatorio ont pu s'assurer le contrôle de quatre territoires contigus, situés sur les deux rives de la Stura : Sarmatorio, Monfalcone (abandonné colonie, correspondant à S. Leodegario dans le territoire de Cherasco), Cervere et Fontane (Roreto di Cherasco). Dans la zone frontalière entre les deux comités post-carolingiens de Bredulo et d'Auriate, se dessinait donc une nouvelle circonscription territoriale qui appartenait à cette famille. Ce projet, cultivé par les Sarmatorio (qui recherchaient des accords avec la seigneurie contiguë des domaines Romanisio, dans la région de Fossanese), a ensuite été partiellement modifié, lorsqu'un consortium noble s'est constitué avec les seigneurs de Manzano, un château à droite de le Tanaro, dont il a également étendu sa juridiction sur la rive gauche du fleuve, jusqu'au plateau de Carrascum (où la Villanova di Cherasco a été fondée en 1243), à la frontière avec le territoire de Monfalcone.

Les seigneurs de Manzano, d'origine hétérogène - certains étaient des vassaux du monastère de Breme Lomellina, qui possédait des biens sur le territoire de Pollenzo, d'autres contrôlaient le planum Carrascum -, avaient intérêt à se rattacher aux Sarmatorio, pour défendre leur autonomie tant en ce qui concerne les marquis de Saluzzo, à la fois envers les jeunes communes d'Asti et d'Alba, qui dans la seconde moitié du XIIe siècle avaient déjà entamé une politique complexe d'expansion dans la campagne. C'est la période au cours de laquelle la douzaine de familles qui géraient la consignoria de Manzano rejoignirent les de Sarmatorio et les seigneurs qui contrôlaient désormais le château de Monfalcone, constituant dans les dernières années du XIIe siècle le consortium appelé «dei seigneurs de Sarmatorio, Manzano et Monfalcone ",

Au XIIIe siècle, alors que la famille de Manzano était souvent alliée à Alba, les de Sarmatorio-Monfalcone étaient pour la plupart des alliés d'Asti, sans toutefois rompre les liens avec les "consortes". Le rapprochement des de Sarmatorio à Asti en 1224, après que la municipalité urbaine eut occupé leurs châteaux de Fontane et Cervere, les plaça désormais à la merci des Astigiani. Lorsque la villanova di Fossano a été fondée en 1236, les Sarmatorio ont également été endommagés par l'initiative, car la villanova aurait également absorbé leurs hommes. Tout en jonglant habilement avec la nouvelle commune de Fossano - en effet en 1238 un Giacomo Brizio était podestat de Fossano et le nom de Brizio apparaît dans ces années-là parmi les membres du consortium de Sarmatorio -, les messieurs verront peu à peu leurs hommes fusionner avec les communautés de villanova. En fait, en 1237, la communauté de Sarmatorio apparaît encore distincte de celle de Fossano, mais dans un document daté du 9 février 1253, l'universitas de Sarmatorio, ainsi que celles de Romanisio, Ricrosio et Villamairana, reconnaissent avoir cédé à la municipalité de Fossano , au moment de la fondation, tous leurs droits communautaires. Pour cette raison, la communauté rurale de Sarmatorio n'a pas été annulée, puisque les seigneurs ont défendu leurs droits de propriété et, avec plus de difficulté, les droits juridictionnels : par exemple, en 1248, certains seigneurs ont cédé leurs droits à la municipalité de Fossano, mais en 1251 Giacomo Brizio était en litige avec la municipalité. D'autres seigneurs, déjà en 1240 avaient cédé leur juridiction à Fossano, puis la récupérant en fief de la même commune : par exemple Grafio Pallio avait renoncé à ses droits sur Cervere en 1240, Fontane et d'autres localités entre Tanaro et Stura, mais avait repris le château et le territoire de Rocca Corvera comme fief en 1245, qui formait une sorte de tampon entre Salmour et Santo Stefano del Bosco (ce dernier territoire sera incorporé à Cherasco). Contrairement à la politique d'expansion de la commune de Fossano, le 20 juillet 1275, le château et le village de Salmour furent donnés, avec Villamairana, par Simondo Ruffino di Solere au marquis Tommaso di Saluzzo, qui réinvestit immédiatement le donateur en fief.

Economie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Evénement commémoratif[modifier | modifier le code]

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
29 mai 2007 En cours Gian Franco Sineo civica  
Les données manquantes sont à compléter.


Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bene Vagienna, Cervere, Cherasco, Fossano, Narzole


Notes et références[modifier | modifier le code]