Vik Muniz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vik Muniz
Vic Muniz World Economic Forum 2013.jpg
Vik Muniz en 2013
Naissance
Nom de naissance
Vicente José de Oliveira Muniz
Nationalité
Activité
Formation
Fundação Armando Alvares Penteado (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Représenté par
Distinction
Ordre du Mérite culturel (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Œuvres principales

Vik Muniz, né Vincent José de Oliveraie Muniz le à São Paulo au Brésil, est un artiste contemporain brésilien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille plutôt pauvre de São Paulo, Vik Muniz découvre les œuvres d'art non pas dans les musées mais dans des livres qu'il emprunte en bibliothèque ou dans son lycée.

Vik Muniz vit à Brooklyn dans l'État de New York aux États-Unis. Il commence sa carrière en tant que sculpteur à la fin des années 1980. Il se fait mondialement connaître en 1997 par sa série Pictures of Chocolate et de nouveau en 2006 grâce à sa série Pictures of Junk.

En 2010, le film documentaire Waste Land, réalisé par Lucy Walker, suit pendant trois ans Vik Muniz dans la réalisation d'un projet artistique inédit en plein cœur de la plus vaste décharge du monde, Jardim Gramacho, située dans les faubourgs de Rio de Janeiro. L'artiste s'installe près de la décharge, et monte un projet participatif : les travailleurs de la décharge rapportent les ordures et les mettent en place. Une de ses installations sera présentée au Musée d'art moderne de Rio de Janeiro, en marge du sommet sur le climat Rio+20[1].

Il est représenté par les galeries Xippas[2] à Paris, Genève, Montevideo, Punta Del Este et Bruxelles.

Approche artistique[modifier | modifier le code]

L'un des aspects de l'art de Vik Muniz est de transformer n'importe quel matériau en médium. Il utilise la photographie pour immortaliser les images qu’il crée à partir d'une diversité incalculable de médias : terre, sucre, excrément, ketchup, fil de fer, fil de lin, corde, sang artificiel, jetons de couleurs, pâte à modeler, etc.

Selon le critique d'art Andre Seleanu : « Vik Muniz se sert de la photographie argentique pour représenter des images et des situations qu’il crée dans la lignée de l’art conceptuel brésilien des années 1960. Son originalité s’abreuve à la multiplicité des matériaux qu’il utilise pour exécuter ses représentations visuelles: beurre d’arachides, sauce tomate, crème au chocolat, confiture, pièces de monnaie, confettis, poussière, sable, caviar et diamants. »[3]

L'autre aspect de son art réside dans la reproduction d'œuvres célèbres. Des reproductions qui nous induisent volontairement en erreur puisque entre autres, Vik Muniz se définit lui-même comme un « illusionniste low-tech » et pose la question de l'illusion des images.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections de musées internationaux. Les plus notoires sont :

  • Best of Life — série de photographies célèbres parues dans le magazine Life, dessinées de mémoire et réimprimées, 1988-1990
  • Equivalents — série de simulations, au moyen de boules de coton, de formations de nuage, inspirées des études de nuages d’Alfred Stieglitz, 1993
  • The Museum of Modern Art (MoMA Portfolio) — connexe à la même série intitulé Equivalents, inspirées également des études de nuages d’Alfred Stieglitz 1995
  • Pictures of Thread — série de paysages derés d’œuvres célèbres recréés à l’aide de milliers de mètres de fil textile, 1995-1999
  • Sugar Children — série portraits, faits en sucre, d’enfants de travailleurs dans les plantations de canne à sucre aux Antilles, 1996
  • Pictures of Chocolate — série de photos célèbres peintes en sirop de chocolat, 1997-2001
  • Articles personnels — série qui se composait de pages de journaux fantastiques contenant des nouvelles imaginaires accompagnées de photographies manipulées par ordinateur qui sont imprimées sur papier journal et présentées sans intérêt, sans explication.
  • Pictures of Color — série d'échantillons de chartes Pantone, donnant l’illusion d’images numériques, 2001
  • Monads — série d'images faites à partir de figurines ou de jouets en plastique, 2003
  • Earthworks — série d’œuvres à grande échelle dessinées au sol ou répliques sur table, inspirées du Land art, 2002-2005
  • Pictures of Magazines — série d'images d’œuvres d’art célèbres et portraits recréés à partir de milliers de petites rondelles de papier poinçonnées dans des magazines, 2003-2005
  • Diamonds Diva ou Pictures of Diamonds — série portraits de célébrités d'Hollywood, comme Elizabeth Taylor, élaborés à l’aide de diamants, 2004
  • Monsters Caviar — série artistique
  • Pictures of Junk — série de reconstitutions de tableaux célèbres avec des pigments colorés, 2008
  • Pictures of Pigment — série de chefs-d’œuvre de Claude Monet et de Paul Gauguin élaborés avec des pigments colorés et agrandis à une échelle monumentale, 2005

Principales expositions individuelles[modifier | modifier le code]

  • After Warhol, Galerie Xippas[4], Paris, 1999
  • Centre national de la photographie[4], Paris, 1999
  • Réflexe, Musée d'art contemporain de Montréal, 2007
  • Vik Muniz Reflex. Musée d'Art Contemporain. Montréal, Québec, Canada. Du - .
  • Vik Muniz. Maison de la photographie de Moscou. Manezh, Russie. Du 1er novembre au .
  • Vik Muniz Reflex . Antiguo Colegio de San Ildefonso. Mexico, Mexique. Du au .
  • Vik Muniz : La Belle Terre . Site merveilleux de Tokyo. Tokyo, Japon. Du au .
  • Vik Muniz. Musée d'Art Moderne (MAM). Rio de Janeiro, Brésil. Du au .
  • Vik Muniz. Musée d'Art Moderne (MAM). Rio de Janeiro, Brésil. Du au .
  • Vik. Musée d'art de São Paulo (MASP). São Paulo, Brésil. Du au .
  • Vik Muniz. Musée Inimá de Paula. Minas Gerais, Brésil. Du au .
  • Vik Muniz . Musée de l'Université de Fortaleza / Unifor, Fondation Edson Queiroz, Ceará, Brésil. Du au .
  • Relicário. Casa de Cultura Laura Alvim, Rio de Janeiro, Brésil. Du au .
  • Vik Muniz 3D . Espaço Cultural Contemporâneo - ECCO, Brasília, Brésil. Du au .
  • Relicário. Institut Tomie Ohtake, São Paulo, Brésil. Du 1er mars au .
  • Vik. Musée Colecção Berardo. Lisbonne, Portugal. Du - .
  • Le Musée imaginaire, Collection Lambert[5], Avignon, 2011-2012
  • Vik Muniz : Personal Articles | Fondation D.O.P. (DOP Foundation), Caracas, Venezuela. Du au .
  • Vik Muniz. Museo Banco de la República. Bogota, Colombie. Du au .
  • Vik Muniz. Journées de Clayton | Revisited: Un projet de Vik Muniz. Le Frick Art & Historical Centre, Pittsburgh, Pennsylvanie. Du au .
  • Vik Muniz : Photos de Pièces de voitures (après Ed Ruscha) Forre Fine Art, Aspen, Colorado. Du au .
  • Vik Muniz et Ed Ruscha : Photos des pièces d'automobiles Galeries Imago, Palm Desert, Californie. Du au .
  • Vik Muniz : La taille du monde. Santander Cultura Brasil. Du au
  • Vik Muniz : Des images de n'importe quoi . Long Museum, Shanghai, Chine. Du au
  • Vik Muniz - Equivalents MOMA - Fondation D.O.P. (DOP Foundation), Caracas, Venezuela. Du au .
  • Vik Muniz : Poétique des perceptions". Musée d'art de Taubman, VA. Du au .
  • Vik Muniz : Mas Aca de la Imagen . Museo de la Universidad Tres de Febrero - Buenos Aires, Argentine. Du au .
  • Vik Muniz . High Museum of Art, Atlanta, Géorgie. au .
  • Vik Muniz : Verso . Mauritshuis, La Haye, Pays-Bas. Du au .
  • Vik Muniz . Musée d'Art d'Eskenzai, Indiana. Du 1er octobre au .
  • Vik Muniz : Métal précieux : Photos de pièces d'automobiles (d'après Ed Ruscha) Musée Petersen, Los Angeles au

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vik Muniz transforme l'ordure en art sur le site de Metro le 17 juin 2012.
  2. « Xippas Art Gallery » (consulté le 29 août 2019)
  3. [1]
  4. a et b Art contemporain d'Amérique latine: Chroniques françaises 1990-2005, Christine Frerot, éditions L'Harmattan, 2005, (ISBN 9782296401433), pp.255-256
  5. Le musée de Muniz dans L'Œil no 643 de février 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]